La nage en froide est très pratiquée en Scandinavie. © serguastock, Adobe Stock
Santé

L’adaptation du corps aux températures extrêmes étudiée chez les adeptes du sauna et des bains glacés

ActualitéClassé sous :Corps humain , adaptation au froid , adaptation à la chaleur

Comment le corps réagit-il à un changement extrême de température ? Des chercheurs danois ont fait des tests sur des adeptes du sauna et des bains en eau glacée !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quels sont les dangers de l’hypothermie ?  En temps normal, la température du corps humain est d’environ 37 °C. Lorsque l’on descend en dessous de 35 °C, c’est l'hypothermie. Cet état peut avoir des conséquences fâcheuses voire mener à la mort. Discovery Science nous parle des dangers de l’hypothermie au cours de cette vidéo. 

En Scandinavie, il existe une tradition aussi brûlante que rafraîchissante ! Les Suédois aiment se prélasser au sauna avant de se jeter dans un bain d'eau glacée pour quelques minutes. Certains amateurs pratiquent cette alternance de froid et de chaud plusieurs fois par semaine chaque hiver. Comment le corps humain s'adapte-t-il à des changements si extrêmes de température ? Des chercheurs de l'université de Copenhague ont essayé de répondre à cette question. Au cœur de leur réflexion, il y a la graisse brune, véritable centrale thermique du corps humain avec la circulation sanguine et les muscles.

À gauche, un adipocyte blanc. À droite, un adipocyte brun. © CC-by-sa 3.0

La graisse brune, la chaufferie du corps humain

La graisse brune est présente en grande quantité chez les animaux qui hibernent ou qui vivent dans des régions froides. L'être humain en est aussi pourvu, surtout les bébés. À l'âge adulte, la graisse brune se résume à quelques dépôts au niveau des clavicules et du cou, et le long de la colonne vertébrale. La graisse brune se différencie de la graisse blanche par la nature des adipocytes qui la compose. Les adipocytes sont des cellules qui stockent le gras dans une vacuole ou plusieurs vacuoles lipidiques. Les adipocytes de la graisse blanche sont uniloculaires, c'est-à-dire qu'il y a une seule vacuole, de grande taille qui pousse le noyau contre le membrane plasmique. Les adipocytes de la graisse brune sont multiloculaires, ils portent plusieurs vacuoles de tailles variables et le noyau est situé au centre. La graisse blanche sert de stockage d'énergie tandis que la fonction principale de la graisse brune est la thermogénèse, la production de chaleurvia le dégradation des lipides inclus dans les vacuoles. 

Le sauna diffuse de la chaleur sèche pouvant aller jusqu'à 100 °C. © Christian Schwier, Fotolia

Une adaptation au froid et à la chaleur 

Les chercheurs danois ont recruté huit jeunes hommes, adeptes du sauna et des bains glacés, et huit autres qui n'ont jamais suivi cette coutume. Les 16 hommes ont des profils similaires : même tranche d'âge, même poids et même IMC. Ils ont observé les différences dans la graisse brune des participants après plusieurs expériences. « Nous nous attendions à ce que les nageurs d'hiver aient plus de graisse brune que les sujets témoins, mais il s'est avéré qu'ils avaient plutôt une meilleure thermorégulation », explique Susanna Søberg, première autrice de l'étude. En effet, lors d'un test où les participants ont plongé leur main dans une eau à 4 °C pendant 3 minutes, les hommes adeptes de la nage en eau glacée ont démontré une plus grand tolérance au froid que les sujets témoins. Dans une autre expérience, où les participants étaient recouverts d'une couverture froide, la température de la peau des nageurs étaient plus élevée que celle des sujets témoins. 

Autre phénomène, à température confortable, la graisse brune des huit hommes témoins est active alors que celle des nageurs ne l'est pas. En suivant les variations de la température corporelle dans ces mêmes conditions, les chercheurs danois ont observé qu'elle descendait plus bas que celle des sujets témoins, signe d'une adaptation possible aux séances de sauna qui précèdent les bains d'eau glacée.

La petite taille de cette étude ne permet pas de conclure sur un lien de causalité entre la tradition du sauna et du bain glacé, et un changement dans la régulation de la température corporelle. Néanmoins, elle reste intéressante et pourrait avoir des applications en santé, notamment dans la prise en charge des personnes obèses.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !