Le coronavirus progresse en France. © Oksana Kuzmina, Adobe Stock
Santé

Rentrée scolaire : où en est le coronavirus ?

ActualitéClassé sous :Coronavirus , enfant , école

Deux semaines après la rentrée des classes, le coronavirus ne cesse de faire parler de lui. Établissements fermés, taux d'incidence en hausse... Où en est-on ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] « Les super-propagateurs », qui sont-ils et comment influencent-ils la diffusion du coronavirus ?  Le coronavirus continue de se propager et l'apparition successive de clusters localisés fait craindre un retour du virus à une plus grande échelle... Les "super-contaminateurs" sont-ils à l'origine de cette pandémie ? 

Le 10 septembre dernier, le porte-parole du gouvernement annonçait que 32 établissements scolaires et 524 classes ont dû fermer en raison du coronavirus. Des chiffres en mettre en perspective des quelque 60.000 établissements scolaires existant en France. Mais à ne tout de même pas négliger, d'autant qu'ils sont en augmentation. À noter que les parents obligés de garder leurs enfants, parce que leur classe ou établissement ne peut pas les accueillir, sont indemnisés.

Lorsqu'un cas positif se révèle dans une classe, il est isolé ainsi que ses « cas contacts ». C'est-à-dire les personnes suffisamment en contact avec lui pour avoir, peut-être, été contaminées. En fonction des résultats, la classe ou l'établissement peut être fermé. Le ministre de l'Éducation nationale se veut rassurant, expliquant que les mesures sont prises au cas par cas : « Ça peut être la fermeture d'une classe, la fermeture d'une école, la décision prise au plus près du terrain par le préfet en lien avec l'agence régionale de santé, le recteur et en collaboration avec la collectivité territoriale concernée », rapporte Les Échos.

Depuis la rentrée, 32 établissements scolaires sur les 60.000 que compte le pays ont dû fermer leurs portes, ainsi que 524 classes. © Halpoint, AdobeStock

De rentrée scolaire à rentrées universitaires

Selon le gouvernement, le taux d'incidence du Sars-CoV-2 est actuellement de 70,52. Ce taux d'incidence indique le nombre de personnes positives sur 100.000. Son seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100.000. Un seuil qui est donc franchi. Tandis que le taux d'occupation des lits en réanimation par des patients Covid-19 ne s'établit qu'à 9,5 %. Bien en-dessous des 140 % estimés lors du pic de la pandémie en France.

Si ces données ne sont pas particulièrement alarmantes, le point d'inquiétude réside dans leur augmentation. Ce samedi, Ouest-France mentionnait que la barre des 10.000 contaminations par jour a été franchie. En réponse, le gouvernement a annoncé quelques mesures vendredi dernier. Dont le renforcement des « circuits de dépistage » avec, par exemple, le recrutement de 2.000 personnes au sein de l'Assurance-maladie et des Agences régionales de santé (ARS) pour réaliser le traçage des cas contacts.

La durée d'isolement a été raccourcie de 14 à 7 jours, ce qui correspondrait à « la durée pendant laquelle il y a un véritable risque de contagion », selon le Premier Ministre. Surtout, à une durée plus raisonnable qui serait donc mieux respectée. Ces mesures participeront peut-être à ce que la situation ne se dégrade pas davantage, à l'aube des rentrées universitaires.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !