Aujourd'hui dans Patient bizarre, une histoire digne d'un film, mais pourtant bien réelle qui s'est déroulée en 1997 dans un hôpital de Londres !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur.

AB est née en Europe continentale dans les années 1940 avant de s'installer en Angleterre. Elle se marie, et s'occupe de ses enfants à temps plein. Sa santé ne lui posait aucun soucisouci avant ce jour étrange de l'hiverhiver 1984. Elle lisait quand une voix dans sa tête s'adresse à elle : « S'il-te-plaît, ne sois pas effrayée. Je sais que cela peut être choquant pour toi de m'entendre te parler ainsi, mais c'est le moyen le plus simple que j'ai trouvé. Mon ami et moi travaillons au Children's Hospital sur Ormont Street et nous voulons t'aider. »

Des hallucinations auditives bienveillantes

AB est décontenancée, elle connaît cet hôpital pour enfants à Londres mais n'y a jamais mis les pieds. De plus, ses enfants sont en bonne santé, elle n'a donc aucune raison valable pour s'y rendre. Une autre voix poursuit : « Pour te prouver que nous sommes sincères, nous aimerions que tu vérifies les trois informations suivantes. » Et les trois informations étaient correctes. Convaincue qu'elle perdait la raison, AB consulte un psychiatre en urgence. C'est le docteur Ikechukwu Obialo Azuonye, psychiatre à Adult Mental Health Unit du NHS de Londres, qui la prend en charge. Il retranscrit ce cas clinique hors du commun dans une édition du BMJ, parue en 1997.

Le psychiatre lui diagnostique une psychose hallucinatoire fonctionnelle et lui prescrit de la thioridazine, un antipsychotiqueantipsychotique utilisé pour traiter la schizophrénieschizophrénie. Au grand soulagement d'AB, les voix dans son esprit se taisent quelques semaines après le début du traitement. Mais alors qu'elle est en vacances en famille, les voix reviennent et la supplient de rentrer à Londres. Quelque chose va mal pour elle et elle doit se faire soigner immédiatement. Les voix donnent même une adresse ! Avec son mari, AB fait le chemin en voiturevoiture et se retrouve devant le département d'imagerie médical d'un hôpital de Londres.

Tumeur, es-tu là ?

Dans le cabinet du docteur Ikechukwu Obialo Azuonye, la patiente est dans un état de grande détresse ; les voix dans sa tête lui disent qu'elle a une tumeur au cerveau. Le psychiatre insiste plusieurs fois pour que sa patiente passe un scannerscanner malgré l'absence de symptômes typiques d'une grosseur cérébrale. Le scanner donne raison aux hallucinationshallucinations auditives d'AB. Un méningiome de 6 centimètres sur 3 est logé sur le flax cerebri, une membrane qui sépare les deux hémisphères du cerveau. AB décide de se faire opérer et à son réveil, elle raconte que les voix lui ont adressé un dernier message : « Nous avons été heureuses de t'aider. Au revoir. » Elle n'a plus jamais eu d'hallucinations auditives.

Ce cas, présenté lors d'une conférence sur les troubles psychiatriques, en présence d'AB, a fait débat parmi les professionnels. Certains y voient un cas de télépathie avec deux personnes qui ont compris qu'elle souffrait d'une tumeur. Les sceptiques parlent d'une invention alambiquée par une patiente qui connaissait son diagnosticdiagnostic avant de venir en Angleterre et a voulu se soigner gratuitement au NHS. D'autres pensent encore qu'elle a forcément senti quelque chose d'anormal au niveau de sa tête à cause de sa tumeur, sa peur se serait alors matérialisée sous forme d'hallucinations auditives. Pour Ikechukwu Obialo Azuonye, la disparition totale des symptômessymptômes psychiatriques après l'opération prouve qu'ils étaient directement reliés à la tumeur - peut-être était-ce la tumeur elle-même qui s'exprimait ?