L'aphasie apparaît brutalement après une lésion cérébrale. © paul, Adobe Stock
Santé

Aphasie : quelle est cette maladie qui met fin à la carrière de Bruce Willis ?

ActualitéClassé sous :cerveau , aphasie , système nerveux

Bruce Willis a été récemment diagnostiqué comme aphasique, un trouble du langage qui rend la communication avec les autres délicate. D'où vient celle maladie et comment est-elle prise en charge ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le monde est-il écrit en langage mathématique ?  La nature est un livre écrit en langage mathématique, dont les lettres sont des triangles, des cercles et d'autres figures géométriques, selon Galilée. Certes pratiques et efficaces pour expliquer les phénomènes, les maths ne sont cependant pas toutes puissantes. 

L'annonce a fait le tour des réseaux sociaux, Bruce Willis, célèbre acteur américain de 67 ans, met fin à sa carrière cinématographique, à cause d'un problème de santé, plus précisément une aphasie récemment diagnostiquée. Comme Bruce Willis, environ 250.000 personnes en France sont aphasiques à des degrés divers. L'aphasie est une perte totale ou partielle du langage consécutive à une lésion cérébrale. La communication avec les autres - s'exprimer ou comprendre - devient alors compliquée, voire impossible. 

D'où vient l'aphasie ?

Tout le monde est susceptible de devenir aphasique du jour au lendemain, sans distinction d'âge et de sexe. C'est la conséquence d'une lésion cérébrale causée, dans la plupart des cas, par un accident vasculaire cérébral (AVC). Mais ce n'est pas l'unique cause : un traumatisme crânien lors d'une chute ou d'un accident, une tumeur cérébrale, ou encore une maladie neurodégénérative peuvent provoquer une aphasie. En général, l'aphasie ne s'aggrave pas, sauf si elle est due à une maladie neurodégénérative. Dans ce cas, les capacités de communication des patients peuvent décliner doucement.

La lésion intervient dans l'une des deux régions impliquées dans l'expression et la compréhension, situées dans l'hémisphère gauche du cerveau, l'aire de Broca et de Wernicke. On distingue alors l'aphasie de Broca qui est aussi qualifiée d'expressive, et l'aphasie de Wernicke ou réceptive selon la région cérébrale touchée. Il existe d'autres types d'aphasie comme l'anomie, l'incapacité à nommer les objets, l'aphasie de conduction, ou encore globale dont les symptômes peuvent se recouper.

L'aphasie de Broca et de Wernicke

L'aphasie de Broca. Dans ce cas, c'est l'aire de Broca, située dans la partie postéro-inférieure du lobe frontal, qui est lésée. L'aphasique de Broca peine à exprimer des mots ou formuler des phrases, mais ses facultés de compréhension sont relativement préservées. Cela s'accompagne aussi d'une dysgraphie ou d'une agraphie - l'incapacité d'écrire - et des difficultés à lire à voix haute. Si un patient atteint de l'aphasie de Broca peine à s'exprimer à l'oral ou à l'écrit, il n'a en revanche pas de problème de conceptualisation des idées. 

L'aphasie de Wernicke. Cette forme d'aphasie est caractérisée par une lésion dans l'aire de Wernicke, localisée plus en arrière dans le cerveau, dans le lobe temporal. Les symptômes diffèrent de ceux de l'aphasie de Broca. Ici, les patients peinent à identifier des mots, des images ou des sons. En revanche, ils n'ont aucune peine à s'exprimer, mais les phrases qu'ils produisent n'ont aucun sens. Ils n'ont pas conscience que ce qu'ils disent est incompréhensible pour leurs interlocuteurs. L'aphasie de Wernicke s'accompagne aussi de problème de lecture et d'écriture où les patients ont tendance à buter sur les mots ou faire beaucoup de fautes.

L'aire de Broca et l'aire de Wernicke localisées sur le cerveau. © Extrait de Journal of Anatomy, 2000

Diagnostiquer et prendre en charge l'aphasie

L'imagerie cérébrale est indispensable pour localiser la lésion cérébrale, estimer sa taille et comprendre son origine. Le patient peut alors passer un scanner ou un IRM. Des tests complémentaires permettent d'identifier les déficits du patient. Les médecins peuvent lui demander de parler spontanément, de nommer des mots, d'écrire et de lire, de reconnaître des objets ou encore de répéter des phrases complexes.

Le traitement de la lésion cérébrale peut s'avérer utile, mais la prise en charge se fait surtout chez l'orthophoniste. Si l'aphasie n'est pas mortelle, c'est un handicap lourd au quotidien et parfois mal compris. En plus de sa mission de sensibilisation, La Fédération nationale des aphasiques de France soutient les aphasiques et leurs proches dans leur réadaptation au quotidien.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !