Les cancers sont en augmentation chez les moins de 50 ans depuis plusieurs décennies selon une récente étude menée par l'université d'Harvard. Comment expliquer ce phénomène ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : de la théorie à la pratique Futura-Sciences a rencontré Norbert Vey, clinicien à l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille, afin de mieux comprendre comment les médecins abordent les avancées en recherche théorique pour en faire profiter les patients.

Les cancers chez les individus jeunes, de moins de 50 ans, ont augmenté de façon inquiétante selon une étude récente parue dans Nature Reviews Clinical Oncology. Un groupe de scientifiques dirigé par l'université d'Harvard a dressé une liste longue de 14 familles de cancers différents dont l'incidence a augmenté chez les moins de 50 ans entre 2000 et 2012.

« Nous avons calculé que ce risque augmente à chaque génération. Par exemple, les personnes nées en 1960 ont un risque d'avoir un cancer avant leur 50 ans plus important que celles nées en 1950, et nous prévoyons que ce risque continuera d'augmenter dans les prochaines générations », explique Suji OginoOgino, médecin et membre de l'équipe de recherche. 

Le mode de vie et l'alimentation suspectés

Selon les scientifiques d'Harvard, cette tendance inquiétante, au point qu'elle est soupçonnée d'être une « épidémie mondiale émergeante », prendrait racine dans le mode de vie et le régime alimentaire occidental qui s'est imposé dans beaucoup de pays du monde. L'exposome, c'est-à-dire tous les facteurs auxquels nous sommes exposés durant notre vie et qui influencent notre santé, a changé à partir du milieu du XXe siècle.

« Parmi les 14 types de cancer en augmentation que nous avons étudiés, huit étaient reliés au système digestif. Notre alimentation nourrit les micro-organismes dans nos intestins. Le régime alimentaire affecte directement la composition du microbiotemicrobiote et à la fin, ces changements peuvent influencer le risque de maladie », précise Tomotaka Ugai, chercheur à l'École de santé publique d'Harvard et premier auteur de l'étude.  

L'étude met en avant un phénomène global, mais au niveau individuel, il est difficile de savoir quel facteur externe auquel est exposé un individu au début de sa vie est à l'origine d'un cancer bien des années plus tard. Pour le savoir, des études prospectives qui suivent des enfants jusqu'à l'âge adulte sont nécessaires. Les scientifiques concluent que « l'amélioration de l'environnement au début de la vie doit être un objectif immédiat : cela pourrait réduire le fardeau des cancers précoces et tardifs ».