Aujourd'hui dans Patient bizarre, le cas d'une jeune femme qui n'arrivait plus à respirer à cause d'une tumeur gigantesque !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur.

Sans l'intervention des médecins, une jeune femme italienne aurait pu être étouffée par sa tumeur ! En effet, la massemasse qui comprimait son estomacestomac et ses poumons pesait 70 kilos, soit plus que la patiente elle-même. Ce cas, pris en charge à l'hôpital Molinette de Turin, est unique dans les annales de la littérature médicale. 

La patiente s'est rendue aux urgences car elle n'arrivait plus à respirer correctement. Placée immédiatement sous assistance respiratoire et intubée, les médecins ont alors découvert l'énorme tumeur bénigne qui menaçait d'écraser tous ses organes internes. Pour l'exciser sans risque, il a d'abord fallu la vider des 52 litres de liquideliquide qu'elle contenait. Cette étape délicate passée, la patiente a pu retrouver une respiration normale et être extubée. Mais la tumeur est toujours dans son organisme, rattachée à ses ovaires plus précisément, mais elle était si grosse qu'elle appuyait sur toute sa cage thoracique. Vidée de son contenu, la tumeur pèse tout de même encore 25 kilos. La deuxième opération se déroule sans heurt et après quatre jours en réanimation, la patiente est transférée dans un autre service avant de rentrer chez elle, en bonne santé.

Exemple d'un cystadénome après son excision. Il est encore rempli de liquide. © 2022 SFMTSI
Exemple d'un cystadénome après son excision. Il est encore rempli de liquide. © 2022 SFMTSI
Un cystadénome toujours accroché à l'ovaire. © 2018 Nishat Fatema et Muna Mubarak Al Badi.
Un cystadénome toujours accroché à l'ovaire. © 2018 Nishat Fatema et Muna Mubarak Al Badi.

Le cystadénome, une tumeur qui peut gonfler

Cette tumeur de taille impressionnante est un cystadénome séreux de l'ovaire, une tumeur bénigne assez fréquente puisqu'elle représente environ 20 % des tumeurs ovariennes. L'une des particularités de ces kystes bénins remplis de liquide est la taille importante qu'ils peuvent prendre. Ce cas reste hors norme, mais on peut trouver dans la littérature scientifique des cas plus modestes. Une femme de 42 ans soignée au Burkina Faso a été opérée pour un cystadénome de 13 kilos, une autre de 57 ans, vivant à Oman, avait un kyste de 40 centimètres.

Le cystadénome peut se développer sur d'autres organes comme le foiefoie ou le pancréas par exemple. Quand il est ovarien, il est souvent unilatéral. Ces tumeurs bénignes concernent souvent des femmes d'âge moyen, en périménopausepériménopause ou plus âgées, déjà ménopausées. Malgré tout, des cas de jeunes femmes de moins de 25 ans, voire des préadolescentes, existent. Les kysteskystes, quand ils sont de petite taille sont souvent découverts par hasard lors d'un examen médical ou d'une visite chez le gynécologuegynécologue.