Une étude récente suggère que les compléments alimentaires à base de nicotinamide riboside, un dérivé de la vitamine B3, augmentent le risque de cancer et de voir celui-ci se métastaser. Qu'en est-il vraiment ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Hiver : les compléments en vitamines sont-ils nécessaires ? Pour prévenir les infections ou lutter contre la fatigue, de nombreuses personnes prennent des vitamines à l’approche de l’hiver. Mais cette supplémentation est-elle vraiment efficace ?

« Certaines personnes prennent des vitamines et des suppléments parce qu'elles supposent que ces derniers ont seulement des effets bénéfiques sur la santé, mais on sait très peu de choses sur leur fonctionnement réel », a déclaré Elena Goun, professeur de chimie à l'Université du Missouri. Avec son équipe, elle a découvert que les suppléments à base de nicotinamide riboside (NR,) un dérivé de la vitamine B3, vendus pour leurs bienfaits sur le vieillissement, la santé cardiovasculaire et le cerveau, pourraient augmenter le risque de développer un cancer du sein triple négatif et de voir ce dernier se métastaser dans le cerveau.

Le NR est un dérivé de la vitamine B3 comme la niacine, forme soluble de la vitamine B3 et le niacinamide, qui est utilisé dans les cosmétiques. Ils sont tous transformés en NAD (nicotinamide adénine dinucléotide) dans les cellules. © Peter Hermes Furian
Le NR est un dérivé de la vitamine B3 comme la niacine, forme soluble de la vitamine B3 et le niacinamide, qui est utilisé dans les cosmétiques. Ils sont tous transformés en NAD (nicotinamide adénine dinucléotide) dans les cellules. © Peter Hermes Furian

Voir aussi

Notre dossier sur les compléments alimentaires

Un complément alimentaire qui favorise le cancer ?

Les scientifiques ont mis en point une technique qui utilise la bioluminescence pour suivre absorption du NR par les cellules à la fois in vitro et in vivo. Plus les cellules ont absorbé de NAD+, plus elles sont lumineuses sur les images microscopiques. La technique au point, l'équipe d'Elena Goun l'a testée sur plusieurs types de cellules : des cellules saines, des lymphocytes et des cellules cancéreuses. Il s'avère que les cellules cancéreuses absorbent beaucoup plus de NR que les autres. Dans les cellules, le NR est transformé en NAD+, une coenzyme importante impliquée dans de nombreuses réactions biochimiques différentes, notamment dans la respiration cellulaire qui consiste à transformer le glucose en ATP, l'unité énergétique de base des cellules.

L'observation a été faite sur des animaux de laboratoire pour le cancer du sein triple négatif et ses métastases dans le cerveau. Selon les scientifiques, prendre des compléments alimentaires à base de NAD+ augmente significativement le risque de cancer du sein triple négatif et de métastases cérébrales chez certaines personnes. « Tous les cancers ne sont pas les mêmes chez toutes les personnes, en particulier du point de vue du métabolisme. Souvent, les cancers peuvent changer leur métabolisme avant ou après une chimiothérapie », poursuit Elena Goun.

Par le passé, le NAD+ avait montré des capacités intéressantes contre le cancer car il augmente l'activité des cellules T cytotoxiques qui s'infiltrent dans les tumeurs pour les détruire. Le NR est parfois utilisé chez des patients qui suivent des chimiothérapies pour en atténuer les effets secondaires, une pratique qui pourrait changer si les résultats préliminaires de l'équipe d'Elena Goun se confirment dans le futur.