Les médicaments de chimiothérapie diffusés par voie orale ou intraveineuse sont d’une efficacité limitée et engendrent souvent des effets secondaires indésirables. Dans le cadre d’un premier essai clinique, des chercheurs ont développé un nouveau mode d’administration prometteur.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur.

Des chercheurs américains ont mis au point une pompe capable de délivrer des médicaments de chimiothérapie directement dans le cerveau de patients atteints d'un cancer cérébral.

Si le topotécan administré est cytotoxiquecytotoxique pour les cellules cancéreuses, il est souvent inefficace en clinique. En effet, la barrière hémato-encéphaliquebarrière hémato-encéphalique ne permet pas à toutes les moléculesmolécules de pénétrer dans le cerveau, y compris les médicaments de chimiothérapie contre le cancer du cerveaucerveau. Administrées par voie orale ou intraveineuse, ces thérapeutiques n'atteignent le cerveau qu'à de faibles concentrations.

« La concentration de médicament qui se retrouve dans le cerveau avec cette technique est 1 000 fois supérieure à celle que l'on peut obtenir par voie classique, relate Jeffrey Bruce, Professeur de recherche en chirurgie neurologique et auteur principal de l'étude publiée dans Lancet OncologyLa pompe peut rester en place pendant une longue période, de sorte que nous pouvons administrer des doses plus élevées de chimiothérapie dans le cerveau, sans provoquer d'effets secondaires. »

Les scanners cérébraux de cinq patients (de haut en bas) réalisés avant le traitement, puis 14, 24 et 48 heures après, révèlent la concentration du médicament de chimiothérapie autour de leurs tumeurs. © Jeffrey Bruce, <em>Columbia University Irving Medical Center</em>
Les scanners cérébraux de cinq patients (de haut en bas) réalisés avant le traitement, puis 14, 24 et 48 heures après, révèlent la concentration du médicament de chimiothérapie autour de leurs tumeurs. © Jeffrey Bruce, Columbia University Irving Medical Center

Un premier essai clinique concluant

Lors d'un essai cliniqueessai clinique en phase précoce, cinq patients atteints de glioblastomeglioblastome récurrent ont reçu un total de quatre perfusionsperfusions, avec une alternance de jours d'activation et de désactivation de la pompe. Avec succès, le traitement a permis de diminuer le nombre de cellules tumorales en prolifération, sans toucher les cellules saines. Les chercheurs ne rapportent aucun évènement indésirable grave lié au traitement de l'étude.

En outre, ils estiment que ce nouveau mode d'administration pourrait transformer la prise en charge des patients atteints d'un cancer du cerveau, dont les perspectives de survie restent très faibles. Toutefois, le nombre de personnes incluses reste très faible et des essais supplémentaires sont nécessaires chez les patients avec des tumeurs à un stade plus précoce et avec différents types de chimiothérapie.