Santé

Meis1, un gène de croissance pour un coeur tout neuf ?

ActualitéClassé sous :biologie , cœur , accident cardiaque

Contrairement à de nombreux autres organes, le cœur ne peut pas se régénérer tout seul en cas d'accident. Il serait peut-être possible de l'y aider grâce à un gène responsable du blocage de la division des cellules cardiaques. En le supprimant (chez des souris), les chercheurs ont pu induire le développement de nouveaux tissus cardiaques.

Le cœur fonctionne comme une pompe et assure la circulation de quatre à cinq litres de sang dans l'organisme. © Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

De la naissance à la mort, le cœur assure la circulation du sang dans tout le corps. Son travail est colossal : en moyenne, chaque jour, il bat 100.000 fois et pompe 8.000 litres de sang. Au total, le cœur effectuerait environ deux milliards de battements ! De quoi se sentir fatigué à la fin d'une vie... d'autant que les tissus cardiaques sont incapables de se reconstituer.

Des progrès récents pourraient permettre de contourner ce problème. Une équipe américaine de l'University of Texas Southwestern Medical School vient de mettre en évidence un gène qui contrôle la croissance des cellules cardiaques. En domptant ce gène, les chercheurs pourraient induire le développement de nouvelles fibres cardiaques musculaires et rajeunir les vieux cœurs... Ces résultats sont publiés dans la revue Nature.

Le cœur fait circuler le sang riche en oxygène et en nutriments vers les différents organes. Il permet aussi d’évacuer le sang contenant le dioxyde de carbone et les déchets vers les sites d’évacuation comme les reins, les poumons et le foie. © Egelberg, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Ces travaux s'appuient sur une observation précédente, qui montre que les cellules cardiaques pouvaient se régénérer au cours des sept semaines suivant la naissance. Une fois ce délai passé, un cœur abîmé ne peut plus se réparer seul. Quel est le changement qui se produit dans les cellules cardiaques pour qu'elles ne puissent plus se renouveler ? Pour le comprendre, les chercheurs ont comparé l'expression génétique de ces cellules avant et après le stade néonatal. Cette expérience leur a permis de mettre le doigt sur le gène Meis1, déjà connu pour jouer un rôle important dans le développement cardiaque. Leurs résultats montrent que l'expression de ce gène augmente considérablement après la naissance, dès que les cellules du cœur arrêtent leur division.

Inhiber le gène Meis1 pour faire rajeunir le cœur

Pour en savoir plus sur ce gène, les chercheurs ont ensuite effectué une série d'expériences chez les souris. Les animaux utilisés ont été génétiquement modifiés pour ne plus porter le gène Meis1. En l'absence de ce dernier, le cœur des souris est capable de se régénérer seul, même à l'âge adulte. Cette découverte met en évidence son rôle central dans le contrôle du développement des cellules du cœur. « Le gène Meis1 code pour un facteur de transcription qui agit comme un programme informatique, pouvant réguler la fonction de nombreux gènes impliqués dans la division cellulaire », explique Hesham Sadek, principal auteur de ces travaux.

Cette découverte révolutionne la recherche sur les maladies cardiaques. En effet, jusqu'ici, seules les greffes cellulaires pouvaient être envisagées comme futur traitement de ces pathologies. On peut maintenant imaginer une nouvelle approche : éteindre le gène Meis1 pour stimuler la production de nouvelles fibres musculaires du cœur. De nombreuses études restent à mener, mais ces résultats sont très encourageants.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi