L'origine de la pneumonie qui a fait plusieurs victimes en Argentine vient d'être identifiée. ll s'agit d'une bactérie redoutable et bien connu des médecins.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des bactéries de synthèse peuvent-elles aider à traiter le Covid-19 ? Des vaccins synthétiques pourraient-ils permettre de freiner le coronavirus ? C'est ce sur quoi les chercheurs du Centre européen de Régulation Génomique travaillent depuis plusieurs années : reportage en vidéo !

La province de Tucunam, au nord-ouest de l'Argentine, a enregistré sa cinquième victime d'une pneumoniepneumonie bilatérale dont l'origine échappait aux médecins jusqu'alors. « Il s'agit d'un homme de 64 ans, présentant des comorbiditéscomorbidités, qui se trouvait dans un état grave dans un hôpital public », précise, l'AFP. Les onze personnes qui ont présenté des symptômes similaires -- dont six toujours sous traitement, trois dans un état grave et cinq sont décédées depuis -- ont été infectées par une bactériebactérie aujourd'hui identifiée : une légionellelégionelle. L'espèceespèce précise est toujours en cours d'investigation.

La légionellose au microscope. © <em>CDC Public Health Image Library</em>
La légionellose au microscope. © CDC Public Health Image Library

Les légionelles, des bacilles présents partout

Les légionelles (genre Legionnella) sont des bacilles intra-cellulaires qui sont naturellement présents dans l'eau et les terres humides. Dans l'environnement, elles infectent des amibes et autres protozoairesprotozoaires mais, dans le corps humain, elles se réfugient dans les macrophagesmacrophages alvéolaires et échappent ainsi à la phagocytosephagocytose -- première ligne de défense du corps humain contre les pathogènespathogènes. Elles se répliquent dans ces cellules, qui finissent par mourir, puis cherchent à en infecter d'autres.

Cet environnement cytotoxiquecytotoxique est délétère pour les poumons et engendre l'apparition d'une pneumonie mortelle chez les plus fragiles. Cette manifestation clinique est connue sous le nom de la maladie du légionnaire. Les légionelles provoquent aussi, dans 95 % des cas, des infections bénignes connues sous le nom de fièvrefièvre de Pontiac. La contamination se fait par l'aspiration ou l'inhalationinhalation d'aérosolsaérosols contaminés.

En Argentine, la source de la contamination reste à déterminer. « Des mesures sont en cours dans la clinique pour identifier [si l'agent bactérien] est dans l'eau, et sur le réservoir accumulateur [afin de pouvoir] de nouveau utiliser la clinique sans aucun risque », a encore expliqué Mme Vizzotti, la ministre argentine de la Santé. En effet, les légionelles sont connues pour former des biofilms difficiles à éradiquer, notamment dans les canalisationscanalisations.  En France, on dénombre environ 1.500 cas de légionelloselégionellose chaque année, dont 10 % sont mortels.