Planète

La (sur)consommation de viande, mauvaise pour le climat

VidéoClassé sous :Réchauffement climatique , élevage , consommation de viande

L'élevage est un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre. Il est aussi responsable d'une grande partie de la déforestation. Ainsi, la consommation de viande, surtout en excès, apparaît mauvaise pour le climat.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'élevage -- et notamment les productions de viande bovine et de lait -- est responsable de 15 % des émissions anthropiques de gaz à effet de serre dans le monde. Surtout du méthane (CH4) et du protoxyde d'azote (N2O), des gaz à effet de serre bien plus puissants que le dioxyde de carbone (CO2). Ils sont émis lorsque les ruminants pètent et rotent, mais aussi par la décomposition des excréments et l'usage d'engrais.

L'élevage -- pour la pâture et la production de nourriture -- est aussi responsable d'une grande partie de la déforestation. De 65 % du déboisement de l'Amazonie selon Greenpeace. Résultat : les terres stockent moins de carbone.

C'est surtout la consommation de viande en excès qui est dommageable. En France, on est passé de 100 kilos par an et par habitant dans les années 2000 à 85 kilos depuis les années 2010. Dans les années 1950, la consommation de viande ne dépassait pourtant pas les 50 kilos. Et revenir à ce niveau aurait un effet positif majeur sur le climat. Tout comme adopter massivement des pratiques agricoles plus durables.

Notons tout de même que l'élevage est un levier de développement économique important. Il permet aussi, par exemple, d'accroître la biodiversité dans les territoires agricoles ou de produire de l'énergie verte par méthanisation de ses effluents.