Planète

Revivez l'éruption cataclysmique du mont Saint Helens

VidéoClassé sous :Volcan , Eruption , éruption cataclysmique

Le 18 mai 1980, les États-Unis ont connu l'éruption volcanique la plus destructrice de leur histoire. L'éruption explosive cataclysmique du jeune mont Saint Helen a rayé pas moins de 600 km2 de la carte. Non sans avoir donné quelques signes avant-coureurs. Et avoir offert aux chercheurs une opportunité inédite d'étudier le phénomène.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'histoire se joue le 18 mai 1980. Il est 8 heures 32 dans le nord-est des États-Unis. Après deux moins d'activités suspectes -- des milliers de séismes enregistrés, des petites éruptions, des déformations --, la face nord du mont Saint Helens est secouée par un tremblement de terre de magnitude 5,1 sur l'échelle de Richter. Près de 3 km3 de roche se détachent. Le magma est libéré. Le volcan entre en éruption.

La déflagration est entendue à 300 km de là, jusqu'en Californie. En quelques secondes, le mont Saint Helens perd 400 m d'altitude. Et en 15 minutes seulement, un panache de cendres et de gaz s'élève déjà à quelque 20 km de hauteur. La région est plongée dans la pénombre. Les explosions se poursuivent. Au total, l'équivalent de l'énergie de 2.500 bombes atomiques sera libéré.

Le souffle de l'éruption initiale et les torrents de boue arrachent le sol et des millions d'arbres. Déchiquetant au passage des milliers de poissons, d'oiseaux et de grands animaux. Sur une surface de 600 km2, c'est la désolation. Heureusement, la population avait été évacuée. Seulement 57 morts seront à déplorer. Mais il y aura quelque deux milliards de dollars de dégâts.

Finalement, cette éruption cataclysmique aura offert l'opportunité aux chercheurs d'en apprendre plus sur ce type de phénomène naturel et d'ouvrir une nouvelle ère dans la surveillance des volcans.