Planète

Les fascinantes découvertes sous-marines de la NOAA en 2017

VidéoClassé sous :océanographie , océan , NOAA

-

Durant trois ans, un navire océanographique américain de la NOAA a exploré la faune du fond de l'océan Pacifique et a terminé en 2017 par le golfe du Mexique. Voici une sélection des plus belles rencontres animales.

L'Okeanos Explorer est un navire océanographique de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). Il embarque notamment un ROV, c'est-à-dire un véhicule sous-marin téléguidé pouvant filmer et effectuer des prélèvements.

Nous voyons ici des images saisies au fond de l'océan Pacifique et du golfe de Mexico (les nombres qui défilent n'indiquent pas la profondeur). Elle montre des animaux vivant sur le fond, appartenant donc à la faune benthique. Ils sont classables dans de grands groupes connus. Les poissons, par exemple, sont bien là, notamment les sélaciens, présents partout avec des requins (sharks) et des raies (stingray), qui côtoient les chimères, cartilagineuses elles aussi (Chimaera). On reconnaît au début du film un grondin (searubin).

La faune benthique des grands fonds reste méconnue

La faune benthique comprend aussi des échinodermes, dont des concombres de mer, ou holothuries (holothurians), bien différents de ceux qui peuplent les fonds côtiers, et, bien sûr, des étoiles de mer (sea stars), une forme qui a connu un grand succès et dont les nombreuses espèces vivent dans de nombreux milieux sous-marins. Les poulpes (Octopus) et les calmars (squids) sont bien présents eux aussi, mais l'aspect des espèces vivant dans les grands fonds paraît souvent étrange à nos yeux.

Enfin, les éponges (sponges) et les anémones de mer sont elles aussi bien adaptées aux grandes profondeurs où la lumière ne pénètre pas. Les scientifiques y rencontrent bien souvent des espèces qu'ils ne connaissent pas, preuve que la faune benthique reste en grande partie à découvrir. Plus encore, le comportement et les modes vie de ces habitants discrets des profondeurs et, partant, le fonctionnement des écosystèmes auxquels ils appartiennent, sont aujourd'hui encore largement méconnus.

© NOAA