Planète

Le fascinant monde des nuages

VidéoClassé sous :nuage , cumulonimbus , cumulus

-

Regardez passer les nuages : il en est de toutes les formes. Nous vous en montrons ici quelques-uns, qui résident à différents « étages », comme disent les météorologues.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Altocumulus, nimbostratus, cumulonimbus... : les nuages portent des noms souvent difficiles à retenir. Cette complexité lexicale traduit une multitude de formes et de dimensions. Pourtant, tous les nuages sont provoqués par le même phénomène : le refroidissement d'une masse d'air humide, dont l'eau passe de l'état gazeux à l'état liquide ou à la glace.

Mais les causes de ce refroidissement sont diverses et la formation du nuage survient différemment selon la température et l'altitude. Cette modeste vidéo n'est pas un cours de météorologie mais simplement une invitation à l'admiration du spectacle. Une manière de voir les nuages comme autre chose qu'un signe annonciateur de la pluie.

Des nuages à tous les étages

À l'étage supérieur, au-delà de 5.000 m, se trouvent les nuages dont le nom commence par « cirr » : les cirrocumulus (pommelés), les cirrostratus (diffus) et les cirrus (vastes et en filaments). Plus bas est le monde des « alto », altocumulus et altostratus. En dessous de 2.000 m, c'est-à-dire là où vivent la plupart des Hommes, se rencontrent les cumulus, souvent jolis, et les stratocumulus (le vaste nuage du « ciel couvert »), mais aussi le stratus, sorte de brouillard qui ne touche pas le sol et que redoutent les pilotes de petits avions.

Les jours d'orages, ce bas étage se peuple de cumulonimbus, qui se reconnaissent (quand ils ne sont pas camouflés dans une couche épaisse) à leur immense chapeau en forme d'enclume s'étalant à haute altitude. Les avions (même gros), les planeurs et les oiseaux les évitent respectueusement (sauf, peut-être, les stupéfiantes frégates). Enfin, le géant, le nimbostratus, celui du « ciel bouché », dont la base, immense, est grise et très sombre, et dont le sommet est si haut qu'on ne le voit pas. Ce monstre occupe sans vergogne tous les étages et se montre très généreux en précipitations, tant en intensité qu'en durée.

© Futura