Planète

Éruption du volcan Kilauea : un spectacle de plus en plus intense

VidéoClassé sous :Volcan , volcanologue , hawaï

-

Début mai 2018, le jeune et vigoureux volcan Kilauea, à Hawaï, est entré en éruption, après un regain d'activité sismique au sommet. Ses laves, très fluides, ont incendié des forêts, menacé des villages et dévalé jusqu'à la mer. Les volcanologues l'observent de très près et ont reconstitué la cheminée magmatique, qui vient de très loin.

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Plus jeune volcan de l'île d'Hawaï, le Kilauea a longtemps été considéré comme une seconde bouche de l'énorme Mauna Loa (le plus gros de la planète en volume). Toutefois, les recherches menées depuis plusieurs décennies ont démontré qu'il possède sa propre remontée de magma, venue de plus de 60 km de profondeur. Il a, du coup, acquis ses galons de volcan indépendant. Sa bouche éruptive actuellement en pleine activité est Puʻu ʻŌʻō, une expression hawaïenne pouvant signifier « colline de l'oiseau ». En pleine jeunesse (il a moins de 600.000 ans), le Kilauea culmine à 4.170 m et, particulièrement actif, reste en éruption à peu près permanente depuis 1983.

Fin avril 2018, une activité sismique est notée dans ce secteur tandis qu'un épanchement de lave sort d'une longue fissure. Selon l'USGS, les mesures du satellite InSAR montrent que la caldeira s'est enfoncée de 10 cm entre le 23 avril et le 5 mai, tandis que le lac de lave commençait à se vider, sa surface descendant de près de 130 m. Le 3 mai, de multiples fissures sont apparues un peu partout aux alentours, crachant de la lave et incendiant des forêts. Deux mille personnes ont dû être évacuées. Le lendemain, une secousse sismique plus forte que les autres atteignait une magnitude de 6,9.

Risque explosif et émanations toxiques

Le Kilauea étant un volcan de type « hawaïen », ce qui ne surprendra personne, il est notamment caractérisé par un magma très fluide. Les laves s'écoulent donc très facilement et celles de cette éruption finirent par atteindre la mer. Le 17 mai, une puissante éruption se produisit dans le cratère Halema'uma'u. Une colonne de fumée, emplie de cendres, s'éleva jusqu'à environ 9.000 m d'altitude. Un village était menacé mais, heureusement, il pleuvait ce jour-là à cet endroit, ce qui confina la pluie de poussière.

La crainte, désormais, est celle d'une éruption plus violente, dite « phréatomagmatique ». Le terme désigne le résultat de la rencontre d'une montée de magma avec l'eau d'une nappe phréatique, qui atteint alors des températures supérieures à celle de l'ébullition. Il peut en résulter une violente explosion. Le volcan émet également des composés toxiques, à commencer par le dioxyde de soufre, qui s'incorporent à la fumée du « laze », terme qui vient, en anglais, de lava (lave) et haze (brouillard). Le 21 mai, de l'acide chlorhydrique est détecté dans le panache, mélangé à de la vapeur d'eau et à du verre volcanique.

© USGS