Planète

Découvrez l'Estérel, entre Méditerranée et Provence

VidéoClassé sous :Voyage , esterel , PACA

Dans l'Estérel, superbe massif de 32.000 hectares, entre la mer Méditerranée et la Provence, les balades réservent des surprises. Il borde les communes de Saint-Raphaël, Fréjus, Bagnols-en-Forêt et les Adrets de l'Estérel. Sans oublier que les bureaux de Futura sont situés au cœur de l'Estérel...

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

« Même pour ceux qui ont vu la Suisse et la Savoie, c'est une belle chose que la montagne couverte par les sombres verdures de l'Estérel. Les Alpes meurent ici dignement » disait Victor Hugo. Ce massif, clairement identifiable, impressionne le visiteur, en effet, planté au bord de la Méditerranée et ouvrant, côté terre, sur la Provence méconnue des touristes. Ses roches escarpées dessinent des reliefs surprenants et il est un superbe lieu de balades.

La couleur, aussi, surprend. L'Estérel est rouge. Les géologues expliquent que la cause est la rhyolite. Une origine qui nous plonge dans le Paléozoïque, ou ère primaire, il y a 250 millions d'années. Un puissant volcanisme enflamme alors la région et fait fondre les roches continentales en un magma. Dans la rhyolite, de structure vitreuse et extrêmement riche en silice, se trouvent, visibles à l'œil nu, de nombreuses inclusions, surtout de quartz et de feldspaths, lesquels peuvent être rosés. Des roches semblables se rencontrent en Corse.

L'Estérel offre un paysage varié

Des veines bleutées y sont repérables : c'est l'estérellite, ou porphyre bleu de l'Estérel, une roche cristallisée. Très dure et appréciée des Romains, elle est toujours (un peu) exploitée de nos jours. Cette originalité géologique se complète par une diversité biologique, qui vient des contrastes climatiques. Car dans ce modeste massif, les conditions diffèrent entre la façade sud, ouverte sur la Méditerranée, avec un air sec et chaud, et la face nord, exposée au vent et à l'humidité. D'un côté des oliviers et des pins maritimes ; de l'autre des fougères et des bruyères. La faune est à cette image, avec des sangliers, des cerfs élaphes et des perdrix mais aussi des cigales, des lézards et des tortues.

La balade, courte ou longue, donnera donc de beaux souvenirs au randonneur. Mais attention : l'endroit est en quelque sorte inflammable. Durant l'été, les sentiers peuvent être fermés au public car des incendies ont plusieurs fois ravagé la végétation. Même quand ils sont ouverts, en toute saison, le promeneur doit être précautionneux et respectueux devant cet endroit beau et fragile.

© Futura