Alignement des volcans de la Chaîne de Puys. © Alpha du centaure, Flickr
Planète

Les volcans d’Auvergne peuvent-ils se réveiller ?

Question/RéponseClassé sous :Volcan , Géologie , Massif central
 

En visitant l'Auvergne, impossible de passer à côté de ces sommets arrondis à la forme typique. Les volcans d'Auvergne, qui forment le Massif central, sont particulièrement impressionnants. Alors que les premières éruptions remontent à 60 millions d'années, la dernière ne date que de 6.000 ans. Depuis, c'est le calme. Mais les volcans d'Auvergne sont-ils bien éteints ? Est-il possible qu'ils puissent se réveiller un jour ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : les secrets de la formation des volcans  Malgré les nombreuses études sur le sujet, le volcanisme reste complexe et en partie mystérieux. Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, les grandes lignes de ce phénomène. 

L'activité volcanique dans le Massif central n'a pas été continue depuis 60 millions d'années. Faible en intensité au début, elle s'est ensuite intensifiée il y a 15 millions d'années, menant à la formation des grandes régions volcaniques du centre de la France : le Mézenc, le Devès, la Chaîne des Puys, le Cantal (qui est un stratovolcan), l'Aubrac, le Cézallier ou encore le Sancy. La Chaîne des Puys représente ainsi la province volcanique la plus récente dans la région. Son activité a débuté il y a un peu plus de 100.000 ans.

L’origine des volcans d’Auvergne

L'origine des volcans d’Auvergne est encore assez débattue. Plusieurs arguments supposent la présence d'un point chaud sous le Massif central, comme l'amincissement anormal de la croûte continentale et du manteau lithosphérique, induisant une remontée du manteau asthénosphérique anormalement chaud. Mais plusieurs observations suggèrent qu'il ne s'agit pas d'un point chaud « standard » du type Hawaï. En particulier, il apparaît que le Massif central aurait dans un premier temps été soumis à des contraintes extensives menant à l'amincissement de la lithosphère. La présence d'une anomalie thermique dans le manteau sous-jacent aurait alors guidé la localisation de cet amincissement et l'initiation d'un diapir mantellique d'origine superficielle à l'origine du volcanisme. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un point chaud. De plus, la présence des Alpes à proximité, et notamment l'ancienne subduction à l'origine de la formation de la chaîne de montagnes, aurait pu contribuer à créer un déséquilibre thermique dans la région du Massif central, favorisant la remontée de matériel chaud et l'initiation d'un épisode volcanique.

Un réveil est-il possible ?

Un volcan est généralement considéré comme éteint à partir de 10.000 ans d'inactivité. Or, la Chaîne des Puys, avec une dernière éruption il y a 6.000 ans, n'entre pas dans cette catégorie. De plus, il existe plusieurs exemples de volcans considérés comme éteints (le Yellowstone aux États-Unis par exemple) qui montrent actuellement des signes d'activité. Pour l'heure, ce n'est cependant pas le cas des volcans d'Auvergne. Ils seraient pour l'instant « endormis ». Mais les scientifiques n'excluent pas qu'un réveil soit possible. En général, le réveil d'un volcan s'amorce avec plusieurs signes : augmentation de la fréquence des tremblements de terre, augmentation de la température du sol ou encore émanation de gaz du sous-sol. Cependant, même avec ce genre d'indices, il reste difficile de dire si le volcan va bel et bien entrer dans une nouvelle phase d’activité volcanique, et si oui, quand !

Signes d’une activité magmatique au niveau du volcan du Yellowstone ? © Martin Brummell, imaggeo.egu.eu

Des volcans sous surveillance

Dans tous les cas, les volcans d’Auvergne, et plus particulièrement ceux de la Chaîne des Puys, restent sous étroite surveillance. L'Observatoire de Clermont-Ferrand et le Laboratoire magmas et volcans étudient en continu la Chaîne des Puys. Quelques tremblements de terre sont bien enregistrés dans la région, généralement imperceptible par l'Homme, mais ils ne sont pour l'instant pas associés à une reprise de l'activité volcanique. Le risque de voir une éruption en plein Massif central ne risque donc pas d'arriver au cours des prochaines années, ni certainement au cours du prochain millénaire.

Puys Pariou dans le Massif central. © summonedbyfells, Flickr

Cependant, plusieurs recherches sont actuellement menées pour caractériser le système magmatique sous la Chaîne des Puys et savoir s'il existe encore une réserve de magma dans la croûte continentale à l'aplomb des volcans. Cela permettrait de mieux comprendre leurs mécanismes éruptifs et d'anticiper un potentiel réveil. Le volcan Ciomadul en Roumanie, considéré comme éteint car inactif depuis 32.000 ans, surplomberait en effet un réservoir contenant une quantité non négligeable de magma liquide. Bien qu'il soit faible, le risque d'un réveil de ce type de volcan ne peut donc pas être écarté. Selon les calculs des scientifiques, il faudrait en effet plus de 250.000 ans après la dernière éruption pour que le réservoir magmatique ait le temps de se refroidir suffisamment pour cristalliser, ceci en supposant qu'il n'y ait pas de « recharge » en magma chaud entre-temps. Avec seulement 32.000 ans d'inactivité, le Ciomadul serait donc encore trop jeune pour écarter tout risque de réveil, tout comme les volcans d'Auvergne.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !