Les orages sont parmi les phénomènes météorologiques les plus difficiles à prévoir du fait de leur caractère bref et extrêmement local notamment. © mdesigner125, fotolia

Planète

Pourquoi les orages sont difficiles à prévoir ?

Question/RéponseClassé sous :météorologie , orage , prévision météo

Les orages peuvent parfois se montrer violents. Alors, on compte sur les prévisions météorologiques pour nous prévenir de leur arrivée et anticiper au maximum. Malheureusement, même pour les spécialistes, le phénomène reste difficile à prévoir.

De manière générale, l'exercice de la prévision météorologique semble difficile. Nous en faisons tous l'expérience très régulièrement. Mais certains événements plus que d'autres sont compliqués à prévoir, même pour des spécialistes. Et les orages sont de ceux-ci. Pour deux grandes raisons :

Rappelons d'abord que pour qu'un orage éclate, il faut impérativement que des cumulonimbus se développent. C'est d'ailleurs pourquoi on appelle couramment ces nuages, des nuages d’orage. Et il existe aujourd'hui des modèles numériques capables de pointer les zones géographiques dans lesquelles les conditions sont réunies pour que se développent de tels nuages.

En France métropolitaine, le mois de mai marque généralement le début de la saison des orages. Les couches les plus basses de l’atmosphère en effet commencent à se réchauffer alors qu’en altitude persiste de l’air froid. © skeeze, Pixabay, CC0 Creative Commons

Des prévisions de plus en plus fiables

Mais ces modèles peinent encore à fournir une information précise. Leur résolution spatiale n'est pas suffisante. D'autant plus que, parlant de déclenchement d'orages et de leur intensité, entrent en ligne de compte toute une série de paramètres annexes et très locaux : profil thermique vertical de l'atmosphèrehumidité des sols, nature du sol, type de végétation, configuration du relief, etc.

Ainsi Météo France travaille à l'amélioration de ces modèles et à la précision des données qui leur sont injectées. Et des experts s'attèlent à interpréter les résultats obtenus. Pourtant aujourd'hui, l'erreur reste de l'ordre de grandeur de la taille des phénomènes orageux, en d'autres mots, de quelques dizaines de kilomètres. Résultat tout de même : depuis quelques années, 80 % des départements classés en vigilance orange ont bien été frappés par des orages forts ou violents. Un taux de pertinence qui semble en hausse puisqu'entre 2004 et 2009, il n'était que de 70 %.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Pourquoi étudier les orages depuis l'espace ?  Chaque année en France, la foudre tombe environ un million de fois. Elle génère une série de phénomènes mal connus que l’on ne peut observer que depuis l’espace. À partir de 2016, le satellite Taranis devrait nous permettre de mieux les comprendre. Le Cnes nous parle plus en détail de ce projet en vidéo.