Chaleur et humidité : un cocktail infernal lors des canicules. © Shakzu, Adobe Stock
Planète

Pourquoi l’air humide est plus difficile à supporter lorsqu’il fait chaud ?

Question/RéponseClassé sous :climatologie , Été , forte humidité

Pour une même température, la chaleur sera plus difficile à supporter à Biarritz avec 80 % d'humidité qu'à Toulouse avec 40 % d'humidité. Comment expliquer cette sensation d'étouffement et d'inconfort ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : quel effet le vent a-t-il sur la sensation de chaleur ?  Si une petite brise rafraîchissante est la bienvenue en été, on s’en passerait bien en hiver. Le vent semble avoir le don de faire mentir le thermomètre. Mais la sensation de chaleur ou de froid est en fait une expérience à fleur de peau, qu’Unisciel et l’université de Lille 1 entendent expliquer dans cet épisode de Kézako. 

Les bulletins météo nous informent quotidiennement sur la température, mais mentionnent rarement le taux d'humidité. Or, ce dernier, qui mesure le rapport de la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air sur la quantité de vapeur d'eau maximale possible, est pourtant un facteur clé qui rend la chaleur plus ou moins supportable. Ainsi, une humidité relative de 70 % signifie que l'air contient 70 % du maximum de vapeur d'eau qu'il peut absorber à cette température.

Le site Infoclimat indique la carte d’humidité relative en France en temps réel. © Infoclimat

L’humidité empêche la sueur de s’évaporer

Le corps se refroidit en grande partie grâce à la transpiration où la chaleur est évacuée par évaporation. Or, plus il fait humide, moins l'air peut recevoir d'humidité supplémentaire. Par forte chaleur, la transpiration ne parvient plus à s'évaporer et le corps ne se refroidit plus. À partir de 90 % d'humidité relative, l'air est tellement saturé que l'évaporation devient ainsi quasi impossible. De plus, la sueur à tendance à « coller » à la peau, ce qui accroît encore la sensation de chaleur. Si l'on peut donc survivre à des températures de 50 °C dans un air sec, la chaleur devient mortelle dès 35 °C lorsque l'air est saturé en humidité. En l'absence de refroidissement, la température du corps peut alors grimper jusqu'à 42 ou 43 °C et entraîner une hyperthermie létale.

Par forte chaleur, le phénomène est aggravé car l'air chaud contient plus d'humidité que l'air froid. À 30 °C, l'air peut contenir jusqu'à 30 g d’eau par mètre cube sous forme de vapeur, soit 10 fois plus qu'à -5 °C. Par conséquent, pour un même taux d'humidité relative, on ressent d'avantage ses effets à 30 °C que lorsque l'air est frais (sans compter que l'on transpire moins par temps frais).

L’air chaud est plus difficile à respirer

Non seulement l'air humide empêche le refroidissement du corps, mais il est aussi plus difficile à respirer, ce qui accroît la sensation d'étouffement. En effet, la vapeur d'eau évince une petite partie de l'oxygène de l'air. Notre corps doit donc fournir un effort supplémentaire pour aspirer la même quantité d'oxygène.

D'autres facteurs sont toutefois à prendre en compte. Le vent peut ainsi favoriser l'évacuation de la chaleur et faciliter le refroidissement du corps. « Lors de la canicule de juin 2019, le taux d'humidité à Paris montait jusqu'à 80 %, mais il y avait beaucoup de vent, ce qui a rendu la température plus supportable », explique au Nouvel Obs Steven Testelin, prévisionniste à Météo France.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !