Les fourmis ont cette particularité de vivre en société. En colonies dont le fonctionnement est contrôlé par une reine. Mais qu’est-ce qui la distingue des autres ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] N’écrasez plus les fourmis… elles plantent des fleurs sauvages ! Saviez-vous que les fourmis étaient essentielles au bon fonctionnement de l'écosystème ? Découvrez leur talent de jardinière en vidéo !

Dans une colonie de fourmis, chacun a sa tâche. Il y a les soldates qui gardent le nid, les exploratrices toujours en quête de nourriture, les puéricultrices qui s’occupent des larves ou encore les agricultrices qui cultivent leur propre nourriture à l’aide de pucerons. Et il y a la reine. Seule parmi parfois plusieurs milliers d’autres.

La première façon de reconnaître une reine des fourmis, c’est sa taille. Elle peut aller jusqu’à deux ou trois fois celle d’une simple fourmi ouvrière. Chez la reine, tout apparaît plus volumineux, plus massif : des antennes à la tête en passant par le thorax et les pattes. Et surtout, la reine des fourmis est dotée d’ailes — comme les mâles alors attention à ne pas confondre les deux. Du moins au début de sa vie.

Ce sont ces ailes qui permettent aux reines en devenir de s’envoler de la fourmilière qui les ont vues naître pour essaimer. Comprenez pour trouver des mâles dans des colonies alentour — mais pas trop près quand même — et créer leur propre fourmilière.

La reine des fourmis Dorylus nigricans peut pondre jusqu’à 50 millions d’œufs par an ! © @formicoid97, Twitter

La reine des fourmis pond, pond et pond encore

C’est après avoir été fécondée par un mâle — mais le plus souvent par plusieurs — que la reine des fourmis perd ses ailes. Elle en garde les cicatrices de part et d’autre de son corps tout au long de sa longue vie — son espérance de vie est tout de même de l’ordre de 25 ans, là où celle des ouvrières n’excède pas les quelques mois. Elle recherche alors un endroit propice à la ponte. Et elle met tout en œuvre pour donner d’abord naissance à des soldates. Elle pond jusqu’à cent œufs par jour. Elle puise même dans ses propres réserves pour nourrir les premières larves qui en sortent. Puis viendront toutes les autres catégories d’ouvrières. La reine, elle, continuera imperturbablement de pondre. Pendant de nombreuses années. Sans jamais plus s’occuper de quoi que ce soit d’autre. Grâce à des ouvrières qui viennent la nourrir.

Comment arriveront de nouvelles reines en puissance pour assurer l’essaimage ? Une question d’alimentation, selon les chercheurs. Les larves les mieux nourries, en effet, deviendraient capables de sécréter une hormone destinée à réguler les gènes et à faire d’elles de futures reines.

Notez aussi que certaines super colonies se constituent autour de plusieurs reines, réparties dans des fourmilières interconnectées.