Le gypaète avait disparu des Alpes au début du XXe siècle, exterminé par l'Homme par méconnaissance de ce vautour. Un programme de réintroduction à l'échelle européenne, depuis les années 1980, permet à cet oiseauoiseau de 2,90m d'envergure de repeupler les vallées et les falaises alpines. Il n'est pas en concurrence avec l'aigle pour la nourriture, puisqu'il se nourrit presque exclusivement d'os et de tendons. Par contre, il aime volontiers occuper les aires d'aigles, d'autant plus qu'il débute la nidification plus de deux mois avant eux. Heureusement, ces derniers ont souvent plusieurs nids et les deux espècesespèces finissent par se tolérer.

Le gypaète est d'un naturel moins farouche que l'aigle et même curieux. Quand l'envie lui prend, il s'approche plus facilement des êtres humains, nous survolant de sa silhouette impressionnante et rendant l'image de proximité plus aisée.

Cet adulte transporte son butin du jour : probablement un morceau de colonne vertébralecolonne vertébrale d'un bouquetinbouquetin ou d'un chamoischamois.

© Anne Lapied, tous droits réservés

A découvrir le DVDDVD : « La fabuleuse du gypaète »