Planète

Le lombricompost au jardin : vers de terre et compostage

Dossier - Le ver de terre, allié du jardin
DossierClassé sous :zoologie , Maison , lombriculture

-

Les vers de terre provoquent du dégoût chez un bon nombre de personnes, mais absolument pas chez les jardiniers ! Ces lombrics jouent en effet un rôle fondamental dans les espaces cultivés, grâce à leur compost naturel (le lombricompost).

  
DossiersLe ver de terre, allié du jardin
 

Les vers de terre peuvent permettre une bonne gestion de nos déchets ménagers, tout en favorisant la protection de l'environnement. Le lombricompostage individuel (permis par la lombriculture) est une technique qui se développe dans les jardins bio avec, à la clé, la production d'un bon engrais naturel solide et liquide, cela avec des déchets de cuisine.

Les oiseaux les ennemis des vers de terre. © Susannp4, Pixabay, DP

Contrairement au compostage traditionnel, avec un tas de compost au fond du jardin, ce procédé permet de recycler des déchets organiques dans un lombricomposteur commercialisé dans les jardineries. Rapide et facile à mettre en œuvre, cette technique présente également un grand avantage, son absence d'odeur, les lombrics la supprimant en digérant les déchets grâce aux enzymes de leur intestin...

Le lombricopost ne produit pas d'odeurs, un avantage pour les jardiniers. © Beentree GNU Free Documentation License version 1.2

La lombriculture pour le compostage : une gestion à bien soigner

La population des lombrics diminue sans cesse, ce qui est préoccupant. Ils sont en effet victimes des tracteurs, des charrues, mais surtout de certains pesticides et des herbicides. Selon des études, leur nombre serait ainsi passé, dans certaines régions où est pratiquée une agriculture intensive, de 500 à moins de 50/m2 en l'espace de quelques années.

Le capital que représentent les vers de terre doit être géré le plus judicieusement possible :

  • en assurant au sol un retour des résidus de cultures (compost ou fumier) ; 
  • pour les agriculteurs en intégrant une prairie pluriannuelle dans les assolements ; 
  • en travaillant le sol superficiellement ; 
  • en évitant certains herbicides et pesticides néfastes pour les lombriciens.