-

Notre planète s'est réchauffée d'environ 1 degré au cours de ce dernier siècle. A ce rythme là, dans deux millénaires, la terre aura une température de 20°C supérieure à l'actuelle ! Quelle que soit la limite supportable par l'ensemble des organismes vivants, le bout du tunnel n'est qu'à quelques milliers d'années.

  
DossiersRégion PACA : Les espèces menacées : Survivre, s'adapter ou mourir... Mais à quel prix ?
 

Depuis l'origine de la vie, les espèces végétales et animales évoluent, s'adaptent ou disparaissent.

C'est en 1858 que Charles Darwin expose la théorie de l'évolution par la sélection naturelle, celle qui bien avant la découverte des mutations génétiques (Mendel, début du XX° siècle) met en avant des variations aléatoires offrant à certaines espèces le pouvoir de s'adapter, de dominer et de survivre aux plus faibles.

Cette description de l'évolution naturelle ne prenait pas en compte que moins d'un siècle plus tard, l'homme allait développer des activités responsables de bouleversements profonds dans les cycles naturels et infliger à notre planète des blessures irréversibles.

Lorsqu'on parle d'évolution en paléontologie, hors mis les grandes crises qui sont à l'origine d'extinctions massives, on évoque des changements climatiques qui se sont développés sur plusieurs millions d'années et qui ne peuvent être perçus à l'échelle d'une vie humaine.

Ce que les activités humaines ont profondément modifié, c'est la vitesse à laquelle les éléments naturels évoluent aujourd'hui et risquent d'accélérer pour les années à venir, suivant les prévisions ou extrapolations produites par des modèles mathématiques.

Notre planète s'est réchauffée d'environ 1 degré au cours de ce dernier siècle.

A ce rythme là, dans deux millénaires, la terre aura une température de 20°C supérieure à l'actuelle ! Quelle que soit la limite supportable par l'ensemble des organismes vivants, le bout du tunnel n'est qu'à quelques milliers d'années.