Planète

Le projet internation MAB

Dossier - Polynésie : Fakarava, réserve de la biosphère
DossierClassé sous :zoologie , géographie , biosphère

Isabelle Croizeau

-

Fakarava est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Véritable joyau d'émeraude il vient d'être classé par l'Unesco réserve de la biosphère. Une appellation qui s'inscrit dans un projet international de développement durable, dans une recherche d'harmonie constante entre activités humaines et préservation de la nature.

  
DossiersPolynésie : Fakarava, réserve de la biosphère
 

Le projet international MAB, littéralement Man and Biosphère, lancé par l'UNESCO en 1971, vise à accompagner le développement harmonieux des activités humaines, tout en préservant une nature d'intérêt remarquable.

Atoll de Fakarava. Réserve de la biosphère - Souffleur à selle noire (Canthigaster valentini) © Photographe Alexis Rosenfeld Tous droits réservés

Actuellement, il existe à travers le monde quelque 500 sites inscrits sur la liste des réserves de la biosphère, répartis dans plus d'une centaine de pays, mais leur nombre ne cesse d'augmenter, sur les demandes généralement conjointes des autorités gouvernementales et des instances de protection du milieu naturel. Le MAB contribue également à la mise en œuvre des engagements pris lors de la conférence de Rio en 1992, notamment en ce qui concerne la sauvegarde de la biodiversité.

Atoll de Fakarava. Réserve de la biosphère, passe Nord. Couple de lujans bossus (Lutjanus gibbus, humpback snapper) au-dessus du fond sableux. © Photographe Alexis Rosenfeld Tous droits réservés

Qu'elles soient uniquement terrestres, ou côtières et sous-marines, les réserves de la biosphère remplissent trois fonctions principales :

  • une fonction de conservation, qui concerne les paysages et les écosystèmes dans leur ensemble mais aussi les espèces et les gènes

  • une fonction de développement humain et économique, tout en respectant l'environnement
  • une fonction de recherche, de surveillance, et de sensibilisation des habitants.
Atoll de Fakarava. Réserve de la biosphère - Sous les pilotis d'un phare, un banc de rougets à nageoires jaunes (Mulloidichthys vanicolensis). Ces poissons vivent le jour en bancs qui peuvent rassembler 200 individus, et se dispersent la nuit pour chasser. On les trouve entre 2 et 100 mètres de profondeur. C'est l'un des poissons les plus communs de la zone. © Photographe Alexis Rosenfeld Tous droits réservés

Elles sont toutes organisées selon trois zones : une aire centrale, noyau dur de conservation qui doit être protégé par la législation nationale, une zone tampon, et une aire de transition, sorte de périphérie de la réserve de biosphère. Mais outre ce découpage, certaines zones appartiennent simultanément à d'autres aires de protection, comme par exemple à un parc national. Enfin, certaines sont également inscrites sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité.