Planète

Compter les poissons

Dossier - Crétacé : le règne des poissons et les lignées fantômes
DossierClassé sous :zoologie , Géologie , poisson

-

La diversité des poissons osseux marins a explosé au Crétacé, il y a 100 millions d'années, alors que la température moyenne des océans était très élevée. Cette abondance d'espèces est bien représentée dans les gisements fossilifères du Liban. Comment déchiffrer les archives fossiles en évitant les biais liés aux caprices de la fossilisation ?

  
DossiersCrétacé : le règne des poissons et les lignées fantômes
 

Après s'être intéressé aux poissons d'un gisement fossilifère en particulier, il est possible d'élargir l'étude en synthétisant les données provenant d'une large aire géographique et sur un grand intervalle de temps. Dans une première étape, on comptabilise les espèces au sein d'une base de données par l'analyse des articles scientifiques. Ensuite, on tente de dégager des grandes tendances dans l'évolution de la biodiversité

Lorsqu'on observe les variations de la diversité des actinoptérygiens marins pendant les 80 millions d'années que dure le Crétacé, la diversité du Cénomanien représente un pic remarquable de plus de 160 genres, contre 30 à 80 genres sur le reste de la période. Ce pic est causé en grande partie par les espèces du Liban, mais pas uniquement. 

Graphique illustrant les variations de la diversité des poissons selon leur milieu de vie entre le Jurassique supérieur et la fin du Crétacé.

Quelle est la cause de cette grande diversité ? Le Cénomanien est un étage correspondant à une période particulière du Crétacé : l'activité tectonique était importante, la température moyenne et le niveau des océans étaient élevés. En raison du haut niveau marin, de grandes surfaces des continents étaient recouvertes par des mers peu profondes au fond desquelles se déposèrent des sédiments. De nombreux gisements fossilifères contenant des poissons marins s'y sont formés. Dans ces conditions, on peut supposer que le pic de diversité de l'étage Cénomanien correspond uniquement à un meilleur échantillonnage des espèces que pour le reste du Crétacé. Ce ne serait pas un réel pic de diversité, mais un pic de découvertes ! Mais au-delà de ce biais, est-ce possible que le pic corresponde tout de même à une réelle diversification de la biodiversité ? Comment faire pour départager ces deux phénomènes ?


 
Carte paléogéographique du Cénomanien avec les principales localités ayant livré des poissons fossiles. La taille des cercles est proportionnelle au nombre de genres décrits.