Planète

La biodiversité source de chimiodiversité

Dossier - Communiquer sans oreilles et sans yeux
DossierClassé sous :zoologie , ascidie , protection chimique

-

La communication est un des fondements de la vie. Les ascidies sont des organismes marins très exposés à la prédation et à la colonisation. Comment font ces invertébrés pour s’en protéger ? C’est ce que nous essayons de comprendre à travers ce dossier.

  
DossiersCommuniquer sans oreilles et sans yeux
 

L'écologie chimique au sens large, et plus particulièrement la communication chimique, est largement étudiée en milieu terrestre. En particulier, les insectes possèdent une très grande capacité à communiquer via ce mode, notamment pour la reproduction. Sur terre ou dans l'air, la vision vient souvent compléter ce mode de communication.

Les insectes, ici des coccinelles, utilisent souvent des molécules chimiques pour communiquer entre eux, et en particulier pour attirer leur partenaire sexuel. © : D. Subielos

Le milieu marin, par les caractéristiques physico-chimiques que nous avons décrites ci-dessus, est un milieu qui est favorable à la transmission des messages chimiques. Cependant, le rôle écologique de chacune des molécules demeure le plus souvent inconnu. La recherche sur l'écologie chimique marine en est à ses débuts et de nombreux mécanismes devraient être élucidés dans les années à venir.

Néanmoins, il existe, comme pour le milieu terrestre, deux grandes familles de signaux chimiques : les signaux intra spécifiques (entre individus d'une une même espèce) et les signaux interspécifiques (entre individus d'espèces différentes).

Signaux chimiques

Signaux intra spécifiques = Phéromones (au sein d'une même espèce)Signaux interspécifiques = Allélochimiques (au sein d'espèces différentes)
Phéromones incitatrices (modification immédiate du comportement)
Phéromones modificatrices (modifications importantes de la physiologie de l'individu)
Allomones (action bénéfique pour l'individu qui émet les signaux)
Kairomones (action bénéfique pour l'individu qui perçoit le signal)
Représentation schématique des deux familles de signaux chimiques. Les signaux intraspécifiques sont ceux émis entre individus appartenant à une même espèce. Ils sont divisés en deux catégories, les phéromones incitatrices et modificatrices. Les signaux interspécifiques ceux sont émis entre individus d’espèces différentes. Les allomones et les kairomones appartiennent à ce type de signaux.

Les signaux intra spécifiques sont appelés phéromones. Deux types de phéromones peuvent être mises en évidence, en fonction de la réponse que l'organisme récepteur de cette substance va fournir. Les phéromones incitatrices sont des signaux induisant une modification immédiate du comportement de l'individu qui les perçoit. Il s'agit classiquement des phéromones sexuelles. Les phéromones modificatrices sont des signaux chimiques induisant d'importantes modifications de la physiologie de l'individu qui les perçoit.

Les signaux interspécifiques ou allélochimiques sont de deux sortes. Les allomones sont des signaux qui vont induire une action bénéfique pour l'individu qui émet le signal et les kairomones sont des signaux qui possèdent une action bénéfique pour l'individu qui perçoit le signal.