Planète

Océanie et Antarctique : Nouvelle-Calédonie, Australie...

Dossier - La Terre vue du ciel
DossierClassé sous :Voyage , Incontournables , ciel

Yann Arthus-Bertrand est depuis toujours un amoureux de la nature. Appréciez la beauté qui vous entoure en découvrant la Terre vue du ciel et, à votre manière, engagez-vous pour la respecter et préserver l'avenir de la biodiversité. C'est essentiel !

  
DossiersLa Terre vue du ciel
 

L'Antarctique est un continent situé dans sa quasi-totalité au sud de la latitude 66° 30'. Sa superficie totale couvre 4,2 millions de kilomètres carrés en été. De son côté l'Océanie couvre environ 9.000.000 km², elle comprend le continent australien et divers groupements insulaires situés au centre et au sud du Pacifique, comprenant la Micronésie, la Mélanésie, la Polynésie, et traditionnellement l'Autralasie.

Pendant l'hiver, l'Antarctique double sa superficie en raison de l'importante couche de glace qui recouvre la mer à sa périphérie. 95 % de l'Antarctique sont recouverts de glace et le continent détient environ 90 % des réserves d'eau douce du monde.

Plage de White Haven’s à marée haute, Queensland, Whitsunday, Australie (20°15’ S - 149°01’ E). D’innombrables îlots coralliens et îles continentales parsèment l’étroit corridor qui sépare le Queensland, dans le nord-est de l’Australie, de la Grande Barrière de corail, située à quelque 30 km au large des côtes. Comme sur cette plage de Whitehaven, le littoral des îles se caractérise par l’exceptionnelle blancheur du sable, essentiellement composé de grains de quartz. © Yann Arthus-Bertrand - Tous droits réservés

En raison de son épaisse couche de glace, c'est le continent le plus élevé, avec une altitude moyenne d'environ 2.300 m. Le point culminant est le mont Vinson (5.140 m) ; le point le plus bas se situe dans la fosse subglaciale de Bentley (2.499 m au-dessous du niveau de la mer), dans l'Antarctique oriental. Cette fosse est recouverte d'une couche de glace et de neige de plus de 3.000 m d'épaisseur.

Position de l'Antarctique et de l'Océanie sur le globe terrestre. © Futura-Sciences

Nouvelle-Calédonie : Coeur de Voh en 1990

La mangrove, forêt mi-terrestre mi-aquatique, se développe sur les sols vaseux tropicaux exposés aux alternances de marées. Constituée de diverses plantes halophytes (capables de vivre sur les sols salés), avec une prédominance de palétuviers, elle tapisse près d'un quart des côtes tropicales et couvre 170.000 km2 à travers le monde.

Coeur de Voh en 1990, Nouvelle-Calédonie, France (20°56’S - 164°39’E). La mangrove, forêt mi-terrestre mi-aquatique, se développe sur les sols vaseux tropicaux exposés aux alternances de marées. Constituée de diverses plantes halophytes (capables de vivre sur les sols salés), avec une prédominance de palétuviers, elle tapisse près d’un quart des côtes tropicales et couvre environ 15 millions d’hectares à travers le monde, la moitié de son étendue originelle. © Yann Arthus-Bertrand - Tous droits réservés

Cette superficie ne représenterait que la moitié de son étendue originelle, ce milieu fragile reculant continuellement devant la surexploitation des ressources, l'expansion agricole et urbaine, et la pollution. La mangrove reste pourtant indispensable à la faune marine et à l'équilibre du littoral, autant qu'à l'économie locale. La Nouvelle-Calédonie, ensemble d'îles du Pacifique qui couvre 18.575 km2, compte 200 km2 d'une mangrove assez basse (8 m à 10 m) mais très dense, principalement sur la côte ouest de l'île la plus importante, Grande-Terre.

À l'intérieur des terres, là où l'eau marine ne pénètre qu'au moment des grandes marées, la végétation cède parfois la place à des étendues nues et sursalées appelées tannes, comme près de la ville de Voh où la nature a dessiné cette clairière en forme de cœur.

Australie : banc de sable sur le littoral de l'ile de Whitsunday, Queensland

D'innombrables îlots coralliens et îles continentales parsèment l'étroit corridor qui sépare les côtes du Queensland, au nord-est de l'Australie, de la Grande Barrière, à quelque 30 km au large. Les îles continentales d'aujourd'hui étaient encore, il y a 10.000 ans, avant que le niveau des mers ne s'élève à la fin de la dernière glaciation, des collines qui bordaient le plateau continental australien.

Banc de sable sur le littoral de l’île de Whitsunday, Queensland, Australie (20°15’ S - 149°01’ E). D’innombrables îlots coralliens et îles continentales parsèment l’étroit corridor qui sépare le Queensland, dans le nord-est de l’Australie, de la Grande Barrière de corail, située à quelque 30 km au large des côtes. © Yann Arthus-Bertrand - Tous droits réservés

L'île de Whitsunday, avec 109 km², est la plus grande des 74 îles qui constituent l'archipel du même nom, baptisé par le navigateur britannique James Cook qui le découvrit en 1770, un dimanche de Pentecôte. Ce site appartient au parc marin de la Grande Barrière, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco, et qui accueille chaque année plus de 2 millions de visiteurs. Le tourisme, bien régulé, n'a qu'un faible impact sur ce milieu sensible, contrairement aux invasions répétées et inexpliquées de l'astérie à couronne d'épines, une étoile de mer importune qui a endommagé près de 20 % des récifs depuis trente ans.

Australie : parc National de Bungle Bungle, comté de Halls Creek, Kimberley, Australie

Le parc national de Kakadu, dans le territoire du Nord, est l'un des plus grands d'Australie, avec près de 20.000 km2 ; il a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1981 pour son intérêt tant culturel (peintures rupestres aborigènes) que naturel. Au nord, ses plaines herbeuses drainées par plusieurs cours d'eau (rivières Alligator) sont inondées chaque année par les pluies d'octobre.

Parc national de Bungle Bungle, comté de Halls Creek, Kimberley, Australie (17°27’ S - 128°35’ E). Dans le nord-ouest australien, au cœur du parc national de Bungle Bungle, aussi appelé Purnilulu par les aborigènes, s’élève un ensemble de colonnes et de dômes sablonneux d’environ 100 m de haut, qui forment un labyrinthe de gorges sur près de 770 km². © Photo Yann Arthus-Bertrand - Tous droits réservés

Doté d'une flore et d'une faune riche, Kakadu réunit près de 1.000 espèces végétales, 77 de poissons, 120 de reptiles et amphibiens, 300 d'oiseaux, et de nombreux mammifères. En raison de son détachement précoce du reste du monde, il y a 150 millions d'années, l'Australie et certaines îles voisines ont vu se développer des espèces originales qui n'existent sur aucun autre continent ; c'est notamment le cas des monotrèmes (ornithorynque, échidné) et de la plupart des marsupiaux (kangourou, koala...).

Antarctique : icebergs et manchots Adélie, Terre Adélie, (pôle Sud)

L'Antarctique s'étend sur 16,5 millions de km² (trente fois la France), que prolongent sur la mer 1,5 million de km² de glaciers. Le sixième continent est un point d'observation unique des phénomènes atmosphériques et climatiques car ses glaces, en emprisonnant l'air lors de leur formation, ont retenu des millions d'années d'histoire du climat de la Terre. Phénomène naturel probablement aggravé par le réchauffement planétaire, les banquises polaires ont tendance à fondre.

L'épaisseur moyenne de la banquise arctique est passée de 3,12 m dans les années 1960 à 1,8 m dans les années 1990. Le danger touche aussi les écosystèmes montagneux, victimes directes des hausses de température.

La fonte des glaciers - le Kilimandjaro a perdu 55 % de ses glaciers en quarante ans - menace de nombreuses zones habitées. En 1970, au Pérou, des chutes de séracs et de rochers détachés du glacier du Huascarane ont fait au moins 15.000 morts. Si les tendances actuelles se confirment, un grand nombre de glaciers de montagne, y compris ceux du parc national des Glaciers aux États-Unis, auront entièrement disparu avant cent ans.

Australie : Mont Trafalgar dans la réserve Prince Régent, West Kimberley

Entre la mer de Timor et le désert de Gibson, le sauvage plateau du Kimberley est l'une des zones les moins peuplées du globe.

Mont Trafalgar dans la réserve Prince Regent, West Kimberley, Australie (15°16’ S - 125°04’ E). Entre la mer de Timor et le désert de Gibson, le plateau sauvage du Kimberley est l’une des zones les moins peuplées du globe. C’est par excellence l’outback, cet arrière-pays inaccessible de l’Australie-Occidentale qui, malgré son immense superficie – près d’un tiers de celle du pays, soit cinq fois la France –, héberge seulement 1,8 million d’habitants. Le bassin de la rivière de Prince Regent y a été classé Réserve de la biosphère par l’Unesco pour sa nature remarquablement intacte : en 2002, aucune route ne traversait encore la région. Autour de la réserve s’étendent les territoires des Aborigènes, les premiers Australiens dont l’étymologie signifie « ceux qui étaient là depuis l’origine ». © Yann Arthus-Bertrand - Tous droits réservés

C'est par excellence l'outback, cet arrière-pays inaccessible de l'Australie-Occidentale qui, malgré son immense superficie - près d'un tiers de celle du pays, soit cinq fois la France -, héberge seulement 1,8 million d'habitants. Le bassin de la rivière de Prince Regent y a été classé Réserve de la biosphère par l'Unesco pour sa nature remarquablement intacte : en 2002, aucune route ne pénétrait encore la région.

Autour de la réserve s'étendent les territoires des Aborigènes, les premiers Australiens dont l'étymologie signifie « ceux qui étaient là depuis l'origine ». Décimée par les pionniers européens, la population aborigène s'est rétablie à 265.000 personnes, dont les trois quarts sont métissées. Dans leur culture, le mont Trafalgar symbolise l'harmonie, entre d'une part les hommes et d'autre part la terre, les rochers et les autres êtres vivants créés par les esprits des ancêtres.