Le massif dunaire de Gâvres-Quiberon constitue un des grands ensembles dunaires de France. C'est le plus étendu de Bretagne (2.500 hectares, 35 kilomètres de côtes). Cette partie du littoral abrite une richesse incroyable.

Découvrez le massif dunaire de Gâvres-Quiberon et ses plantes. Ici, des lotiers à gousses carrées, aussi appelés tétragonolobes maritimes ou lotiers maritimes (<em>Lotus maritimus L</em>.) ; il s'agit de plantes herbacées vivaces. © Stefan Lefnaer, CC by-nc 3.0

Découvrez le massif dunaire de Gâvres-Quiberon et ses plantes. Ici, des lotiers à gousses carrées, aussi appelés tétragonolobes maritimes ou lotiers maritimes (Lotus maritimus L.) ; il s'agit de plantes herbacées vivaces. © Stefan Lefnaer, CC by-nc 3.0

Le massif dunaire de Gâvres-Quiberon est l'un des derniers espaces sauvages de Bretagne. On y trouve notamment :

  • des paysages naturels et insolites ;
  • des espècesespèces animales et végétales adaptées à ces milieux particuliers ;
  • des plantes protégées.

Ce littoral est très fréquenté pour ses plages : 40 à 60.000 personnes chaque jour en été ! De telles fréquentations génèrent des détériorations importantes du milieu naturel et du paysage : végétation piétinée, chemins, déchetsdéchets, recul du rivage, appauvrissement de la faunefaune et de la flore... (voir cette page WebWeb à propos du grand site de Gâvres-Quiberon).

Caractéristiques de la région :

  • un domaine maritime à 58 % : rappelons que sur le domaine maritime on ne cueille pas les plantes ;
  • altitude minimale : -20 m ;
  • altitude maximale : 26 m.

Le site (partie terrestre) est couvert à 72 % par des habitats d'intérêt communautaire : à 56 % par des habitats prioritaires d'intérêt communautaire. Le reste est occupé à 55 % par de la dune grise : c'est le site breton couvert par la plus grande surface de dune grise ; celle-ci court sur 25 km sans interruption (si ce n'est la rivière d'Étel).

Les apports d'eau douceeau douce continentale qui viennent buter sur le massif dunaire ont donné naissance à un complexe d'habitats des zones humideszones humides intra-dunales tout à fait exceptionnel puisque la totalité des sous-types des dépressions humides intra-dunales de la façade atlantique sont présents : pelouses pionnières, bas-marais, prairies, roselières et saulaies.

Richesses du littoral

On y trouve la présence de :

  • lagunes côtières ;
  • ceintures halophileshalophiles autour de la baie de Plouharnel et de la petite mer de Gâvres ;
  • deux vasières : 110 ha d'herbiers de zostère naine sont présents.

Composition du site :

  • mer, bras de mer : 50 % ;
  • rivières, estuairesestuaires, vasières, bancs de sablesable, lagunes : 22 % ;
  • dunes, plages de sable : 21 % ;
  • galets, falaises maritimes, îlots : 2 % ;
  • marais (végétation de ceinture), bas-marais, tourbièrestourbières : 2 % ;
  • marais salants, prés-salés, steppessteppes salées : 1 % ;
  • landes, broussailles, recrus, maquismaquis : 1 %.

Espèces végétales d'intérêt communautaire recensées :

  • Eryngium viviparum (espèce prioritaire ; seule station française) ;
  • Omphalodes littoralis (espèce prioritaire) ;
  • Liparis loeselii ;
  • Rumex rupestris ;
  • Luronium natans ;
  • une trentaine d'espèces végétales protégées ainsi qu'une soixantaine appartenant à la liste rouge armoricaine ; c'est la seule station bretonne pour Tetragonolobus maritimus, ou Lotus maritimus L. (voir la photo ci-dessus et ce site) ;
  • Pancratium maritimum : c'est la limite septentrionale de son aire de répartitionaire de répartition
  • Crambe maritima : c'est sa limite méridionale continentale.

La richesse ornithologique est également remarquable :

  • c'est l'unique lieu de reproduction de l'œdicnème criard en Bretagne ;
  • intérêt régional du site pour la reproduction du Gravelot à collier interrompu ;
  • le site constitue une des dernières grandes zones de reproduction du vanneau huppé en Bretagne.
Rosalie des Alpes. © Siga, <em>Wikimedia Commons, </em>3.0

Rosalie des Alpes. © Siga, Wikimedia Commons, 3.0

Espèces végétales et animales particulières :

  • écaille chinée (Callimorpha quadripunctaria) ;  
  • rosalie des Alpes (Rosalia alpina) ;
  • grand murinmurin (Myotis myotis) ;
  • loutre (Lutra lutraLutra lutra) ;
  • cynoglosse des dunes (Omphalodes littoralis) ;
  • flûteau nageant (Luronium natans) ;
  • liparis de Loesel (Liparis loeselii) ;
  • oseille des rochers (Rumex rupestris) ;
  • panicaut viviparevivipare (Eryngium viviparum).