Planète

Dynamique internationale

Dossier - Mers et Océans
DossierClassé sous :océanographie , mers , océans

-

Source d'alimentation pour des centaines de millions d'individus, axes privilégiés de communication et d'échanges commerciaux, les océans ont acquis cette dernière décennie une nouvelle image auprès des décideurs et du grand public: celle d'un maillon clé pour le maintien de la vie sur Terre, notamment du fait de son rôle dans la régulation du climat ...

  
DossiersMers et Océans
 

Depuis 1992, l'action internationale a portée sur les 7 champs d'action prioritaires préconisés par Action 21.

  • La gestion intégrée des zones côtières

Les stratégies sectorielles de développement des côtes n'ayant pas enrayé leur détérioration, l'adoption de démarches de gestion intégrée des zones côtières s'est avérée être une solution. Ces démarches globales et intégrées de planification des zones côtières procèdent par écosystème, et visent à améliorer la qualité de vie des populations qui dépendent des ressources côtières, tout en maintenant la diversité biologique et la productivité des écosystèmes. Cette démarche suppose la coopération des parties prenantes dont les intérêts peuvent être contradictoires : l'élimination de la pauvreté en est un objectif important. Depuis 10 ans, la gestion intégrée des zones côtières, priorité internationale, a fait de grands progrès et concerne aujourd'hui nombre d'Etats côtiers, notamment les états insulaires. Des principes, normes, réseaux et lignes directrices ont été élaborés pour orienter ces démarches notamment par la FAO, le PNUD, l'UNESCO, l'UNU (Université des Nations Unies) et la Banque Mondiale. L'UNESCO a créé un centre d'échanges sur la gestion des zones côtières (International Oceanographic Organisation), et l'OMM coordonne un système mondial de bases de données sur la climatologie maritime notamment en zones côtières. La Convention RAMSAR prépare quant à elle des lignes directrices afin d'intégrer les terrains marécageux dans la gestion des zones côtières. Nombres d'initiatives ont également été mises en œuvre pour la protection des récifs coralliens (voir fiche biodiversité).(voir la gestion intégrée des zones côtières : assistance IFREMER)

  • La Protection du milieu marin

Deux nouveaux concepts fondent les initiatives de la dernière décennie en faveur de la protection du milieu marin :
- la prise de conscience de l'impératif d'adopter le principe de précaution en matière de protection du milieu marin (il a d'ailleurs été appliqué avec succès par certaines organisation de gestion des pêcheries régionales, et intégré dans la législation de divers pays) ;
- l'introduction d'une gestion par écosystème : indispensable dans une perspective de préservation de la biodiversité, elle s'est répandue dans nombre de projets concernant les grands écosystèmes marins et dans les financements du FEM.

L'adoption du Plan d'Action Mondial pour la Protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres (GPA), créé en 1995 par la Déclaration de Washington, est une étape clé de l'action internationale. Le Plan d'Action vise à prévenir, réduire et contrôler les activités terrestres qui seraient à l'origine de près de 80 % des problèmes environnementaux des océans : (a) en développant les évaluations scientifiques sur l'état des océans et zones côtières, (b) en mettant en œuvre un 'plan stratégique d'action sur les eaux usées', source majeure de solution terrestre, (c) en aidant les Etats à mobiliser les ressources financières, et (d) en assistant l'exécution des programmes d'action régionaux, notamment en facilitant la collaboration entre Etats, ainsi que la coordination des initiatives. Il reste aujourd'hui plusieurs défis urgents à relever, et principalement celui de "s'attaquer aux eaux usées et eaux d'égout", comme le constatèrent en 2001 les 108 pays signataires du Plan.

Un Système inter-institutionnel d'intervention d'urgence a été mis en place pour coordonner les interventions des agences des Nations Unies, dans le cas d'accidents, et les programmes de suivi. De nombreux pays ont engagé le renforcement de leurs capacités nationales à étudier le milieu marin, grâce au programme Formation-mer-côtes (14 centres de formation de part le monde) et la recherche a été consolidée notamment au travers du Laboratoire d'Etude du milieu marin de l'Agence internationale de l'Energie Atomique, et de l'UNU.

  • L'exploitation durable et la conservation des ressources biologiques marines
Ces dix dernières années furent marquées par des progrès importants en matière de gestion et de mise en valeur responsable des pêcheries. La FAO adopta en 1995 le Code de conduite pour une pêche responsable (dont l'importance fut réaffirmé par la Déclaration Interministérielle de Rome en 1999) qui conduisit de nombreux pays à modifier leur législation, et qui fut précisé par diverses Directives techniques. La FAO fut également à l'origine de trois Plans d'Action Internationaux importants visant à l'amélioration de la gestion de la pêche à requin, des prise d'oiseaux de mer par les palangriers, et de contrôle des capacités de pêche, ainsi que du Programme pour des moyens d'existence durables dans la pêche (PMEDP). Cependant l'entrée en vigueur des principaux accords internationaux est laborieuse: l'accord des Nations Unies de 1995 sur les stocks de poissons n'est entré en vigueur que le 11 décembre 2001, faute d'un nombre d'Etats signataires suffisants au préalable ; l'accord de la FAO de 1993 sur le respect par les navires de pêche en haute mer des mesures de conservation et de gestion.
La principale menace sur les ressources biologiques marines reste aujourd'hui la pratique illégale de la pêche en haute mer, mais aussi dans les zones économiques exclusives : un Plan d'Action International en vue de son élimination a été adopté par le Comité des pêches de la FAO début 2001. Des principes directeurs pour le développement durable de l'aquaculture et des indicateurs de développement durable de la pêche ont été définis à l'issue d'une collaboration entre gouvernements, organisations non gouvernementales et industrie de la pêche. En préparation de Johannesburg, la mobilisation sur le thème de la pêche responsable s'amplifie (cf Conférence Mondiale sur la pêche responsable et les écosystèmes, Reykjavik, Octobre 2001). Les organisations non gouvernementales ont également engagé des initiatives intéressantes (campagne du WWF, campagne de Greenpeace)
  • Changement climatique et milieu marin

La décennie qui vient de s'écouler a vu l'humanité acquérir une compréhension toute nouvelle du rôle des océans dans l'évolution du climat mondial, grâce au développement de nouvelles technologies (de collecte de données, d'observation, de modélisation), à la mise en place du Programme d'échange international de données et d'informations océanographiques (IODE) de la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l' UNESCO (réseaux de 60 centres de part le monde), à la mise en place du Système mondial d'observation des océans, et depuis 1998, à l'étroite coopération qui s'est établi dans le cadre du Système Mondial d'observation, entre l'observation des océans, le Système Mondial d'Observation terrestre et le Système Mondial d'Observation du Climat.

  • Petites zones insulaires

En 1994, 111 Gouvernements adoptaient la Déclaration et le Programme de la Barbade, qui établissaient des principes et des stratégies pour un développement qui protègerait l'environnement fragile des petits Etats insulaires: c'est l'Assemblée générale de l'ONU qui avait demandé la tenue de la Conférence de la Barbade sur recommandation du Sommet planète Terre. On estimait alors qu'il s'agirait là de la première mise à l'épreuve du partenariat mondial formé à Rio, en vertu duquel pays riches et pauvres convenaient de coopérer pour le développement durable. Le programme a permis la création de centres régionaux du développement durable dans les Etats Insulaires, d'un programme d'assistance technique à ceux-ci, et la mise sur pied d'un réseau d'information, afin de les accompagner dans les domaines suivants : (a) changements climatiques et élévation du niveau des mers (b) déchets toxiques et dangereux, (c) ressources côtières et marines, (d) ressources en eau douce et ressources foncières, (e) énergie et (f) tourisme.

  • La lutte contre les pollutions marines causées par la navigation

Les statistiques de l'Organisation Maritime Internationale (OMI) montrent que l'application des Conventions en vigueur en matière de lutte contre les pollutions marines causées par la navigation, a permis de réduire la pollution du milieu marin, en ce qui concerne les navires des Etats signataires. La situation est toute autre pour les navires battant pavillons d'Etats non signataires des Conventions, et ce point est plus que préoccupant. En réponse aux préoccupations de développement durable, l' OMI élargit ses champs d'actions à de nouveaux domaines, tels que la pollution de l'atmosphère par les navires, la protection des zones maritimes particulièrement vulnérables, le transport maritime de combustibles irradiés. Le Comité de la Protection du milieu marin (CPMM), qui en a la charge, se confronte aux velléités de certains Etats de privilégier des cadres réglementaires nationaux ou régionaux (ex : gestion des exploitations pétrolières ou gazière en mer) aux conventions internationales, mais aussi à l'absence d'une capacité suffisante pour contrôler le respect des règles.