En modifiant la géographie des terresterres et des mers, les variations du niveau marin sont à l'origine de nombreux épisodes de l'évolution des êtres vivants et des cultures humaines. En particulier, le risque de submersionsubmersion est à l'origine de nombreux mythes dont le plus célèbre est celui du Déluge (Figure 22).

Des études récentes expliquent le déluge par le déversement des eaux de la Méditerranée dans la Mer noire il y a 8000 ans. Le niveau en serait monté de 100 m en 12 ans... ce qui rendit le phénomène perceptible comme une catastrophe. 

Figure 22 : « Evening of the Deluge » de John Martin (1828).

Figure 22 : « Evening of the Deluge » de John Martin (1828).

Légende : Le soleilsoleil disparaît derrière les trombes d'eau et des vaques monstrueuses engloutissent les plaines où vivent les Hommes. Seuls les occupants de l'Arche de Noé seront sauvés. On cherchera les vestiges de l'Arche au sommet du Mont Ararat (à plus de 5000 m d'altitude, dans le Caucase). Mais les promontoires où les Hommes se réfugient ici sont peut-être plutôt les rives du Bosphore... Car d'après les travaux récents, ce mythe renverrait à la mémoire de l'inondationinondation « catastrophique » des côtes de la Mer Noire, à la fin de la dernière glaciationglaciation (8 000 ans).

A l'échelle géologique, les variations du niveau marin sont aussi à l'origine de la  formation des principaux gisementsgisements de charboncharbon et de pétrolepétrole ! Les niveaux de charbon du bassinbassin houiller dans le Nord de la France correspondent à d'anciennes forêts submergées par la mer (Figure 23). Mais attention, il y a aussi des charbons qui ont pour origine des dépôts dans des lacs (comme par exemple ceux du bassin de Saint-Etienne).

Figure 23 : Coupe schématique de la formation de charbon dans des deltas marins subissant des variations cycliques du niveau de la mer (les « cyclothèmes charbonniers »).

Figure 23 : Coupe schématique de la formation de charbon dans des deltas marins subissant des variations cycliques du niveau de la mer (les « cyclothèmes charbonniers »).

Légende : La forêt se développe sur une avancée sableuse dans la mer (le delta) au cours d'un épisode où le niveau marin local varie peu. Elle est ensuite « engloutie » lors de la montée du niveau marin et préservée sous des dépôts argileux. Car si l'ennoiement est rapide, les bactériesbactéries aérobies n'ont pas le temps de faire pourrir le boisbois (de le transformer en CO2CO2). Le niveau marin se stabilise à nouveau et le fleuve peut reconstruire un nouveau delta, qui portera sur sa plaine une nouvelle forêt... Et le cycle recommence. Il faut un enfouissement de plusieurs milliers de mètres pour que la température et la pressionpression transforment la forêt enfouie en charbon. Cet enfouissement est causé par l'enfoncement de la croûte continentalecroûte continentale dans l'avant-pays d'une chaîne de montagne (dans le cas des charbons du Nord de la France, c'était la chaîne aujourd'hui érodée dont il reste des traces dans les Ardennes, au Sud du massif armoricain et dans le massif central, pour ce qui concerne la France). Cet enfoncement est également responsable de la montée à long terme du niveau de la mer.

Comme on le voit dans cet exemple, les variations du niveau de la mer contribuent ainsi à la formation de couches sédimentaires contrastées. De tels contrastescontrastes président également à la genèse des pièges pétroliers ...