Planète

Les séismes en France métropolitaine et en France d'outre-mer

Dossier - Les risques géologiques
DossierClassé sous :géologie , tsunami , Volcan

-

Les risques géologiques majeurs sont de deux types : les risques naturels directement liés à l’activité de notre planète et les risques liés aux activités humaines. Dans ce dossier vous pourrez découvrir tous les types de risques géologiques : tsunamis, volcans, glissements de terrain, séismes...

  
DossiersLes risques géologiques
 

La France métropolitaine est un pays « moyennement sismique ». Un séisme d'intensité moyenne y survient environ tous les 10 ans et un séisme plus important tous les 100 ans. Les pourtours sud et est du pays sont les plus exposés : Alpes, bassin rhodanien, Pyrénées, Jura, Vosges, fossé rhénan, ainsi que le massif Armoricain.

Suivi à l'aide d'un sismographe. © Microstock77, Fotolia
Sismicité en France entre 1963 et 2007. © IRSN

Les derniers séismes significatifs :

  • Annecy, département de la Haute-Savoie, 15 juillet 1996, magnitude 5,3 ;
  • Arette, département des Pyrénées-Atlantiques, 13 août 1967, magnitude 5,3-5,5, intensité VIII-IX, 1 victime et 15 blessés ;
  • Corrençon-en-Vercors, département de l'Isère, 25 avril 1962, magnitude 5,3 ;
  • Aix-en-Provence - Lambesc, département des Bouches-du-Rhône, 11 juin 1909, magnitude 6,2-6,4, intensité IX-X, 46 victimes, 250 blessés, nombreux sans-abri.

Les séismes en France d'outre-mer

La France d'outre-mer, en particulier les Antilles, est plus fortement sismique.

  • En Martinique
    • 11 janvier 1839, intensité VIII, 300 morts ;
    • 1946, intensité VIII ;
    • 1974, intensité VI-VII ;
    • 29 novembre 2007, magnitude 7,3, un mort (un anglais par malaise cardiaque) et six blessés.
  • En Guadeloupe
    • 8 février 1843, intensité IX, magnitude 8, entre 1 000 et 3 000 victimes ;
    • 21 novembre 2004, magnitude 6,3 une victime.
  • À la Réunion, les séismes restent plus rares et de magnitude modeste (exemple du séisme de magnitude 3,6 du 24 août 2007).
Grenoble, cet immeuble parasismique, construit en 1963, a une curieuse forme en « S » d’où son surnom de « serpent de pierre ». Ceci devrait lui permettre de résister davantage à un éventuel séisme. © J.-M. Bardintzeff

La prévision des séismes étant actuellement impossible, il faut édifier des constructions parasismiques, capables de résister aux tremblements de terre : implantation sur un sol stable, architecture simple, murs porteurs et planchers parfaitement solidaires (cerclages en acier, chaînage), fondations reposant sur des systèmes d'amortisseurs.