Planète

Des paysages à l'américaine

Dossier - Région PACA : Les Ocres
DossierClassé sous :géologie , art pariétal , ocres

-

De Lascaux à la grotte Chauvet, nos ancêtres étaient déjà en quête de terres colorées qui leur permettaient d'exprimer cet art pariétal dont les merveilles nous sont parvenues dans un état de fraîcheur surprenant. De tout temps l'homme a recherché les couleurs que la nature pouvait lui offrir, depuis les argiles colorées, en passant par les oxydes de fer ou de manganèse, jusqu'aux colorants artificiels du vingtième siècle.

  
DossiersRégion PACA : Les Ocres
 
  • Le vent, l'eau, l'homme

Le vent et l'eau ont creusé des cirques, sculpté des cheminées de fées, donnant aux sites de Rustrel et de Roussillon des allures de parc de l'ouest américain. Mais cette érosion naturelle n'aurait jamais été aussi intense sans l'intervention de l'homme qui, en creusant galeries et carrières pour l'extraction du minerai, a largement contribué à la formation de ces paysages.

  • Le Colorado provencal de Rustrel
Rustrel est la cathédrale des ocres, le paradis des photographes, le joyau du Vaucluse. Le dépaysement est complet : des cheminées de fées jaunes... aux falaises bariolées. Il faut passer une journée dans le cirque de Bouvène pour sentir les couleurs des roches se métamorphoser au gré des heures et, surtout, assister au moment du couchant, à l'embrasement violent des collines pourpres sous les rayons du soleil. Au fond du cirque l'incandescence des dunes de sable frappe l'imagination, un cavalier Navajos venant d'une réserve indienne va t- il apparaître ?... Au fond de la vallée prend naissance la Doa, un ruisseau aux humeurs changeantes.

Après l'orage, les eaux claires de la Doa sont chargées de pigments arrachés à la colline ; le ruisseau se teinte des couleurs du temps passé, lorsque les hommes s'en servaient pour laver le sable ocreux. Le Colorado Provençal n'a vraiment pas usurpé son nom : derrière chaque monticule se cache une gamme chromatique nouvelle, chaque dune a son théâtre naturel qui n'attend plus que ses acteurs pour rejouer une œuvre classique chère à Jean Vilar ou plus simplement une conquête de l'ouest en terre provençale.

  •  Les couleurs du temple de Roussillon

A Rousillon la discrétion est de rigueur ; en effet, c'est au dessus de la pinède que les falaises lumineuses de la Chaussée des géants s'exhibent. De sang et d'or, le site de Roussillon a ceci de merveilleux : exposer tous les coloris possibles des ocres. Illuminées dès le matin par les rayons chauds de l'astre du jour, les falaises flamboient en une débauche de jaunes, roses et violets. A l'extrémité du sentier des Aiguilles, la forêt s'ouvre sur un cirque dont les parois rocheuses, aux allures de mesas américaines sont encadrées par des pitons, gardiens des couleurs du temple.

La chaussée des géants à Roussillon Crédits photos - tous droits réservés - Patrice VISIELOFF, TERRE ET VOLCANS.

Mais seule la lumière douce des brumes d'automne révèle admirablement le caractère naturel des ocres. Les rochers et les dunes ne s'enflamment plus sous le soleil levant, mais irradient lentement toute la profondeur de leurs coloris et diffusent les teintes secrètes, cachées à l'abri des incarnats. Le citron et le safran s'exhibent dans les roches sous la lueur des grenats et roses enfouis à leurs pieds. Des dentelles de grès cachées sous la pinède s'enveloppent d'or et de cuivre.

La carrière d'ocre de Roussillon Crédits photos - tous droits réservés - Patrice VISIELOFF, TERRE ET VOLCANS.

Limiter la visite des ocres aux seuls sites de Rustrel et de Roussillon serait trop restrictive, car de Gignac à Gargas, en passant par Villars, nombreuses sont les collines du pays d'Apt qui invitent à la découverte. Dans les bois, les anciennes carrières des ocriers ont conservé des rochers, des aiguilles, des dentelles aux teintes pures. Les décors sont ici grandeur nature et que ce soit pour organiser un défilé de mode, un tournage publicitaire ou les photographies éternelles d'un mariage, le soleil charmeur sera toujours là en révélateur des ocres du Vaucluse.

  • La fôret secrète

Les sites ne sont pas limités aux couleurs éclatantes des ocres. La forêt de pins d'Alep est un élément majeur de notre décor. Tout en apportant une gamme supplémentaire de verts, la pinède aérée réserve ombre et fraîcheur, ce qui contraste avec les terres brûlées du cirque des Aiguilles.

Sur ces terres de sables, la flore s'est adaptée aux sols siliceux et contraste avec la végétation dominante des collines calcaires du reste de la région. A observer, quelques plantes silicicoles, comme la bruyère
callune.

Bruyère Callune

Au Colorado de Rustrel, la coupe géologique offre, de bas en haut, le passage des sables et grès, vers les calcaires des corniches, entraînant des modifications progressives de la couverture végétale. Au fond du cirque de Bouvène, les plantes silicicoles typiques des ocres cèdent peu à peu du terrain aux espèces calcicoles traditionnelles de la Provence, avec même la réapparition des chênes et des châtaigniers.

Prêles, primevères et aulnes ont colonisé les sous-bois humides au-dessus de la cascade de Barries ; les jonquilles et narcisses prolifèrent au printemps dans les prairies humides de Gignac.