Le refroidissement trop rapide de la matièrematière terrestre, suite à un impact de météoritemétéorite, empêche la cristallisation.

Cratère de météorite, Arizona. © Mariordo<em>, Wikimedia commons</em>, CC by-sa 4.0

Cratère de météorite, Arizona. © Mariordo, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

Dans certains cas, la croissance du cristal est impossible. L'obsidienne est un verre, le refroidissement de la lavelave étant trop rapide pour permettre une cristallisation.

Schéma d'un impact de météorite.

Schéma d'un impact de météorite.

Les tectitestectites en sont un autre exemple. Les moldavites ont 14,7 Ma et se sont formées lors de l'impact d'une météorite d'un kilomètre de diamètre tombée à la vitessevitesse de 20 à 60 km/s. Le phénomène est donc immédiat et ne permet pas la cristallisation. Il s'agit dans ce cas de lechateliérite.

Simulation.

Simulation.

L'onde de compressioncompression précède le choc et provoque déjà d'une part, la fusionfusion du matériel qui se trouve dans le futur cratère et d'autre part son éjection violente avant même que ce matériel ne soit contaminé par le matériel de la météorite elle-même. Ce matériel va se refroidir extrêmement brutalement, étant éjecté jusqu'à des altitudes de 500 km, donc il se vitrifie, ensuite il se réchauffe, voire même refond partiellement en retombant sur le sol et puis il subit les aléas de l'érosion comme n'importe quel morceau de verre...

Certaines ont été cassées par fissuration suivant les lignes tortueuses du refroidissement à cause des forces en présence dans les sédimentssédiments qui se compactaient à mesure de leur diagenèsediagenèse.

Moldavite.

Moldavite.

Pallasite avec cristaux d'olivine.

Pallasite avec cristaux d'olivine.

Les lois cristallines existent ailleurs que sur Terre !

Un très bel exemple nous est fourni par les pallasites, météorites, formées de ferronickel, de sulfuressulfures et de cristaux d'olivineolivine plus ou moins jaunes d'après leur concentration en ferfer.