Planète

Conclusion

Dossier - Côte Picarde : Evolution et aménagements
DossierClassé sous :Géologie , géographie , côte picardie

-

La façade maritime de la Picardie s'étend sur plus de 40 km, depuis Mers-les-bains, au Sud, jusqu'à la baie de l'Authie, au Nord. De belles plages, des falaises crayeuses, des villes historiques, ruines romaines...

  
DossiersCôte Picarde : Evolution et aménagements
 

La zone côtière, d'importance cruciale pour l'homme, est le champ d'action de nombreux facteurs conflictuels. Les zones côtières avec leurs industries, leur circulation et leur tourisme, sont en constante interaction avec la nature.

Falaise de la somme. © Cecile Petit, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

Le profil d'une côte résulte d'actions complexes exercées par le vent, les vagues, les marées, les courants... La tendance actuellement observée se résume en une érosion des côtes rocheuses et des plages, et une sédimentation préférentielle dans les estuaires et les baies. Les causes de cette évolution résultent de la conjonction entre un phénomène global, l'élévation du niveau de la mer, et l'action humaine locale: extraction de sables, construction de barrage sur les fleuves, de ports de plaisance.

© Reproduction et utilisation interdites

Le rôle principal de l'ingéniérie littorale est d'équilibrer ces interactions de façon de permettre leur usage optimal et de limiter l'impact humain sur la nature, en tenant compte de l'évolution à long terme aussi bien que des risques de catastrophes soudaines. Les facteurs morphodynamiques, par essence de haute variabilité naturelle, sont altérés par l'homme avec comme but de préserver le statut actuel. Cette intervention humaine continuelle, comme la construction de digues, de jetées, de recharge de plages, vise à protéger le paysage naturel aussi bien qu'à préserver sa valeur économique. A cela s'ajoute le contrôle de la bathymétrie côtière nécessaire pour la sécurité du trafic maritime, afin de minimiser le risque d'accidents et de pollution conséquente qui s'avère hautement dommageable pour la faune et à la flore, l'usage récréatif du littoral et la production piscicole et conchylicole.

Les prévisions alarmistes concernant l'évolution du climat annoncent la poursuite de l'élévation progressive du niveau de la mer et l'augmentation de la fréquence et de l'amplitude des tempêtesLe retour d'expérience démontre l'inefficacité à long terme des aménagement lourds qui vont à l'encontre de l'évolution naturelle. Une stratégie alternative consiste en la mise en place d'aménagements "verts" plus souples et plus légers avec l'acceptation du risque d'inondation temporaire, du recul des falaises...

Ce type de réponse figure en partie dans la loi Barnier (expropriation des biens menacés, définition d'une bande inconstructible de 100 m de large le long du littoral) mais implique une nouvelle mentalité à acquérir de la part des aménageurs et des aménagés.