Planète

La situation des tourbières à Saint-Pierre et Miquelon

Dossier - A travers les tourbières de Saint-Pierre et Miquelon
DossierClassé sous :géographie , botanique , tourbière

-

Les îles Saint-Pierre et Miquelon sont situées en Amérique du Nord, tout près de la côte sud de Terre-Neuve, soit à environ 20 km de la péninsule de Burin. Les îles ont une superficie totale de 242 km²...

  
DossiersA travers les tourbières de Saint-Pierre et Miquelon
 
Les tourbières occupent plus de la moitié de la superficie de l'archipel. A ce jour, aucune étude approfondie ne leur a été consacrée. Cependant les études WELLS & POLLETT, 1983 menées notamment dans la partie sud-est de la grande île voisine de Terre-Neuve (1/5 de la France métropolitaine en superficie) nous permettent certaines extrapolations.

Nous disposons d'une bonne connaissance des plantes des tourbières de Saint-Pierre et Miquelon bien qu'aucune étude phytosociologique n'ait été réalisée. Les tourbières de l'archipel entrent dans les deux catégories principales : ombrotrophiques et minérotrophiques. Le visiteur sera impressionné par la véritable mosaïque que constituent nos tourbières, depuis les sites oligotrophes à Sphagnum fuscum et à Lichens du genre Cladonia et à Platanthera blephariglottis jusqu'aux sites mésotrophes à Chamaedaphne calyculata, Kalmia polifolia, Myrica gale...

Ces mosaïques comportent des tourbières en bourrelet en bord des étangs, en bordure de ruisseaux. Elles sont présentes tant sur les terrains plans et horizontaux que sur les pentes, et jusqu'en bord de mer, comme près de falaises du Cap Miquelon, où les embruns apporteraient un complément de certains sels minéraux marins. Ainsi, presque chaque mètre carré se distingue du voisin par un aspect et une composition spécifique propres.

Epinettes à l'horizontale à Saint-Pierre © par Francis Muller

Quatre tourbières minérotrophiques principales se distinguent sur l'île de Miquelon. On y trouve notamment Carex chordorrhiza, qui n'est noté à Terre-Neuve que dans la péninsule du Nord. La tourbière du ruisseau noir de Dolisie à Langlade, notée également comme riche, n'a pas été étudiée en détail. Une autre tourbière est présente dans la vallée moyenne de la "Belle Rivière".