Planète

Le Gers, département de l’armagnac

Dossier - Tourisme dans le Gers
DossierClassé sous :géographie , Gers , Auch

-

Traversé par la rivière qui lui donne son nom, le Gers est réputé pour l’armagnac et ses spécialités culinaires comme le confit ou le foie gras. Plongez en Gascogne, de la ville principale, Auch, à l’élevage des oies.

  
DossiersTourisme dans le Gers
 

Historiquement, le département du Gers abrite une grande partie de l'ancienne province d'Armagnac. L'alcool produit dans cette ancienne région, l'armagnac, lui doit son nom. Petite découverte de l'une des plus anciennes eaux-de-vie de France.

L'armagnac une spécialité du Gers. © Chiyacat Fotolia

En fin de repas, il n'est pas rare de terminer par un digestif. L'un de ces alcools forts est produit dans le Gers, les Landes et le Lot-et-Garonne : l'armagnac. Celui-ci titre à plus de 40°, et est réputé pour ses arômes fruités, floraux ou épicés. On lui prête aussi une certaine onctuosité.

L’armagnac est produit dans le Gers, mais aussi les landes et le Lot-et-Garonne. À l’image, le château Juliac de Betbezer-d'Armagnac, dans le département des Landes. © Jibi44, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Production de l’armagnac

L'armagnac est fabriqué à partir de vin blanc récolté entre septembre et octobre. Il est élaboré à partir de quatre cépages principaux : baco, colombard, folle blanche et ugni blanc. La distillation commence une fois la fermentation achevée.

Pour ce faire, deux types d'alambics sont utilisés. On trouve en majorité l'alambic « armagnacais » (distillation continue à plateaux). L'autre voie utilise l'alambic à repasse, qui permet une double distillation : c'est la méthode utilisée pour produire le cognac. L'armagnac est ensuite placé en fût de chêne d'environ 400 litres. Vient ensuite la mise en bouteille et la commercialisation.

L’armagnac, comme cette bouteille millésimée de 1956, est produit par distillation de vins blancs secs et a plusieurs usages en gastronomie. © Rama, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Les utilisations de l’armagnac

Outre la consommation de l'armagnac en fin de repas, il existe aussi le « trou gascon », pendant du « trou normand ». Au lieu de boire un verre de calvados entre deux plats, les convives utilisent de l'armagnac, parfois accompagné de glace aux pruneaux.

Enfin, pour ceux qui n'aiment pas les alcools forts consommés purs, on retrouve l'armagnac dans la composition d'autres boissons, comme le floc de Gascogne. Celui-ci contient 4/5 de moût de raisin, ainsi que 1/5 d'armagnac jeune. L'armagnac peut aussi être employé pour aromatiser des pâtisseries, ou encore pour flamber un plat. Les marinades et les sauces s'en trouveront aussi rehaussées.