Planète

Le puy Mary, classé Grand site de France

Dossier - Tourisme dans le Cantal
DossierClassé sous :géographie , Volcan , auvergne

-

Faire du tourisme dans le Cantal, une bonne idée de vacances ! Vous pouvez y découvrir : la maison de site du Pas de Peyrol, l'architecture dans la simplicité des maisons paysannes, des burons, des moulins... Aurillac, Saint-Flour et Mauriac et le Parc naturel régional des volcans d'Auvergne, le plus vaste PNR de France…

  
DossiersTourisme dans le Cantal
 

Lieu naturel d'exception, le puy Mary est reconnu au niveau national et bénéficie d'une protection (loi de 1930). Mais ce site est aussi victime de sa notoriété et la surfréquentation touristique dégrade fortement cet environnement.

Puy Griou : Un site remarquable au coeur du parc des volcans d'Auvergne, dans les monts du Cantal. © Pv15fr, Wikimedia, CC by-sa 3.0
Monts du Cantal. © B. Navez, GNU Free Documentation License, Version 1.2

Préservation du Cantal

La problématique de réhabilitation et de mise en valeur a trois principaux objectifs :

  • restaurer le site sur le plan paysager ;
  • déterminer une politique de gestion durable ;
  • permettre le développement économique local.

Le réseau des Grands sites de France est une association créée en 2000, et a pour but de :

  • mettre en commun les compétences et l'expérience ;
  • apporter un appui technique ;
  • être un partenaire actif de la politique de valorisation des sites protégés remarquables ;
  • faire connaître et promouvoir les Grands sites de France.

Le puy Mary (1.787 mètres)

Il domine le volcan cantalien, plus grand d'Europe avec ses 2.700 km². Il abrite le Parc naturel régional des volcans d'Auvergne. Dix mille hectares à partir du sommet du puy Mary sont en site naturel classé (loi 1930). La présence de routes facilitant l'accès a contribué à sa surfréquentation (600.000 visiteurs chaque année), d'où la nécessité de mesures efficaces de protection. Conscient des risques encourus, le Conseil général du Cantal a initié l'opération Grand Site « puy Mary - volcan du Cantal ». Le 11 mars 1999, le projet est agréé et permet d'envisager la préservation, la valorisation et la gestion durable du patrimoine cantalien.

Puy Mary. © Fabien 1309, GNU Free Documentation License, Version 1.2

Le massif du Cantal est le plus vaste stratovolcan d'Europe avec une superficie de presque 2.700 km² en un cercle de 70 kilomètres de diamètre. Morphologiquement, cet édifice se distingue en deux secteurs. D'abord une zone centrale, montagneuse, avec un fort relief accidenté.

Les sommets sont :

  • le Plomb du Cantal (1.855 m)
  • le puy du Rocher (1.813 m)
  • le Peyre Arse (1.806 m)
  • le puy Brunet (1.806 m)
  • le puy Mary (1.787 m) 
  • le puy Griou (1.690 m)

Ensuite une zone périphérique de plateaux, « planèzes », triangulaires à faible pente, recouverts de basalte et séparés par de larges vallées. Le nom du puy Mary vient de Marius, disciple de Saint Austremoine, premier évangéliste du Cantal. Les reliefs cantaliens à la fois volcaniques et montagnards, confèrent à l'ensemble un aspect alpin, dont le point culminant s'élève à 1.855 mètres avec le Plomb du Cantal.

Puy Griou. © B. Navez, GNU Free Documentation License, Version 1.2

Les différentes périodes volcaniques

Entre -13 et -9 Ma : premières éruptions cachées sous les éruptions postérieures. Les premières éruptions ont été de types strombolien et hawaïen avec cônes de scories et coulées associées basaltiques. Les affleurements de cette période infracantalienne sont visibles au nord du massif dans la vallée de la Petite-Rhue et dans la ville de Saint-Flour.

Entre -9 et -6,5 Ma : succession d'éruptions, issues d'un réseau de bouches éruptives. Le puy Mary, le puy Griou, le roc d'Hozières... Épisode paroxysmique, beaucoup plus explosif, avec édification du stratovolcan trachyandésitique et mise en place de laves, brèches et cendres de composition trachyandésitique, rhyolitique et trachytique. En même temps des dômes phonolitiques, puy Griou, Griounou, puy de l'Usclade, roc d'Hozières et trachytiques, puy Mary, se mettent en place.

Entre -8 et -7 Ma : destructions cataclysmiques, de plusieurs km3, et des avalanches de débris. Ces dépôts composent le piémont jusqu'à Aurillac.

Entre -7 et -3 Ma : grandes quantités de laves écoulées en périphérie du volcan central (les planèzes). Le Plomb du Cantal est un reliquat de cette époque.

Puis les glaciers, pendant 100.000 ans, forment les reliefs de type « Horn » comme le puy Mary, les cirques glaciaires (source de l'Impradine, et de la Santoire), les vallées en auge (Santoire, Petite Rhue, Mars).

Petit lexique 

  • Avalanche de débris : déstabilisation d'un flanc de cône volcanique qui peut mobiliser des dizaines de km3 de matériaux.
  • Brèche : roche constituée de débris anguleux et d'une matrice.
  • « Horn » : relief pyramidal lié à l'érosion des glaciers.
  • Rhyolite : roche claire, solidification d'une lave différenciée contenant plus de 70 % de silice.
  • Talweg : ligne imaginaire qui joint les points les plus bas d'une vallée.
  • Trachyandésite : famille de roches volcaniques formées par solidification de lave.
  • Trachyte : roche volcanique claire visqueuse, riche en gaz, à l'origine de dômes (puy Mary) et d'éruptions explosives (nuées ardentes).

De ses 1.787 mètres d'altitude, le puy Mary offre un panorama sur sept vallées glaciaires en étoile autour du sommet : la Santoire, la Petite Rhue, le Mars, la Maronne, l'Aspre, la Bertrande et la Jordanne. On peut même apercevoir le mont Blanc. Dôme rocheux, s'élevant à 1.690 mètres, le puy Griou domine les vallées de la Cère et de la Jordanne. Il est constitué de phonolites. La pointe du Plomb est un ancien lac de lave mis en relief par l'érosion de ses flancs. Âgé de 3 millions d'années, il est aussi le point culminant du massif avec 1.855 mètres. C'est le second sommet du Massif central après le puy de Sancy (1.885 m).