Ancienne capitale de Clovis, Soissons a gardé de son passé prestigieux et parfois douloureux une cathédrale claire et des abbayes de pierre blanche.

Soissons : la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais. ©Diliff, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 3.0

Soissons : la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais. © Diliff, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Soissons est l'une des villes martyres de la première guerre mondiale. Prise à la fin août 1914 par l'armée allemande, elle est récupérée par les Français en septembre à l'issue de la bataille de la Marne. Le front, stabilisé au nord de la ville, fait qu’elle est bombardée jusqu'en 1917.

La ville de Soissons, en ruines au cours de la première guerre mondiale. © DP

La ville de Soissons, en ruines au cours de la première guerre mondiale. © DP

En 1917, des soldats refusent de monter au front après la désastreuse offensive du Chemin des Dames. Soissons est prise encore une fois au printemps 1918 lors de l'offensive allemande, avant d'être libérée au cours de l'été. Une statue des soldats français tombés en 1917 se trouve derrière l'église Saint-Pierre, à côté du palais de justice de Soissons.

La cathédrale de la ville n’a qu'une tour. Le manque de moyens de Soissons n'a pas permis de reconstruire une seconde tour après la guerre.