Planète

Les oiseaux

Dossier - Des Sables d'Olonne à la Pointe d'Aiguillon
DossierClassé sous :géographie , oiseau , migration

-

Le littoral de la Vendée est connu pour ses sites ornithologiques prestigieux comme les baies de Bourgneuf et de l'Aiguillon. Mais il existe autour de la station balnéaire des Sables-d'Olonne une concentration de petits spots ornithologiques remarquables.

  
DossiersDes Sables d'Olonne à la Pointe d'Aiguillon
 

La participation à une journée de suivi de la migration automnale à la Pointe de l'Aiguillon est un spectacle extraordinaire. Dès les premières lueurs d'une matinée de septembre, des pipits et hirondelles passent en rase-motte.

Au fur et à mesure que la matinée avance, des troupes en densités de plus en plus importantes sont visibles : des escadrilles entières de centaines d' Hirondelles rustiques (Hirundo rustica), de rivage (Riparia riparia) et de fenêtre (Delichon urbica) surgissent de toutes parts. Des bergeronnettes et des pipits au vol ondulant commencent à franchir l'Anse de l'Aiguillon, suivis de milliers d'Étourneaux sansonnets (Sturnis vulgaris). Lors de son pic d'activité, de la fin août à la fin septembre, la pointe voit passer chaque jour des milliers de passereaux :Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), Linottes mélodieuses (Carduelis cannabina), Pinsons des arbres (Fringilla coelebs), Alouettes des champs (Alauda arvensis), Gobemouches noirs (Ficedula hypoleuca), Pipits des arbres (Anthus trivialis), Pipits farlouse (Anthus pratensis), etc.


En automne, des milliers d'Hirondelles de rivage (Riparia riparia) passent par la Pointe de l'Aiguillon. © Dave Trotter

  • Une diversité remarquable

Le Bécasseau rousset (Tryngites subruficollis) est l'un des limicoles rares vus dans les marais de l'Ile d'Olonne. © Jean-Luc Trimoreau

De la fin août à début mai, il est possible d'observer une variété impressionnante d'espèces de passage (en migration pré et post-nuptiale) ou hivernantes : vous y découvrirez d'impressionnantes concentrations d'hivernants et d'oiseaux de passage (en migration pré et post-nuptiale): Canards siffleur (Anas penelope), pilet (A. acuta), souchet (A. Clypeata) et colvert (A. platyrhynchos), Tadorne de Belon (Tadorna tadorna), Sarcelle d'hiver (A. crecca), Oie cendrée (Anser anser), Bernache cravant (Branta bernicla), Huîtrier pie (Haemotopus ostralegus), Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), Barge à queue noire (Limosa limosa), Barge rousse (Limosa lapponica), Chevaliers arlequin (Tringa erythropus), gambette (T. totanus), culblanc (T. ochropus) et guignette (Actitis hypoleucos), Tournepierre à collier (Arenaria interpres), Bécasseaux maubèche (Calidris canutus), variable (C. alpina), sanderling (C. alba) et minute (C. minuta), Courlis cendré (Numenius arquata) et corlieux (N. phaeopus), Grand Gravelot (Charadrius hiaticula), Goélands marin (Larus marinus), cendré (L. canus), brun (L. fuscus) et argenté (L argentatus), Sternes caspienne (S. caspia), pierregarin (S. hirundo), naine (S. albifrons) et caugek (S. sandvicensis), Aigrette garzette (Egretta garzetta), Grue cendrée (Grus grus), Spatule blanche (Platalea alba) , Cigogne noire (Ciconia nigra), ...

Tous ces migrateurs attirent bien sûr les rapaces : Hibou des marais (Asio flammeus), Busards des roseaux, (Circus aeruginosus), cendré (C. pygargus) et Saint-Martin (C. cyanus), Faucons pèlerin (Falco peregrinus), émerillon (F. columbarius) et crécerelle (F. tinnunculus), Milan noir (Milvus migrans), Epervier d'Europe (Accipiter nisus).

  • Les raretés

Les observateurs régionaux se souviendront sûrement encore longtemps de cette fin de juillet 1995 où ont été observés presque simultanément un Gravelot mongol (Charadrius mongolus), un Bécasseau semipalmé (Calidris pusilla), un Bécasseau d'Alaska (C. mauri), un Bécasseau tacheté (C. melanotos), et un Chevalier bargette (Xenus cinereus) !! Ces données illustrent le potentiel de la Pointe de l'Aiguillon pour l'observation des limicoles rares en automne et dans une moindre mesure au printemps.

Parmi les autres limicoles rares observés sur le site et homologués, on notera le Bécasseau falcinelle (Limicola falcinellus) vu en mai 1987, le Bécasseau rousset (Tryngites subruficollis) noté en mai 1988 et 1997, ou le Chevalier stagnatile (Tringa stagnatilis) vu en avril 1985.

Le très rare Chevalier bargette (Xenus cinereus) a été observé plusieurs fois, en juillet 1995, en août 1996, en mai 1197, en juillet 1997, et en mai 1998.


Le Chevalier bargette (Xenus cinereus) a été observé 3 années de suite à la Pointe de l'Aiguillon ! © Aurélien Audevard

D'autres oiseaux rares sont visibles sur le site : à la fin août et en septembre, la Sterne caspienne (Sterna caspia) est régulière (le site proche de la Pointe d'Arçais, près de l'Aiguillon-sur-mer est sans doute l'un des meilleurs de France), tout comme la Cigogne noire.
Une Sterne bridée (Sterna anaethetus) a été vue en septembre 1993, ainsi qu'un juvénile de Busard pâle (Circus macrourus) en août 1999.

Outre les excellents mois de septembre et de septembre, il est en fait possible de faire des "renontres" intéressantes tout au long de l'année (par exemple en hiver le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) est un visiteur relativement régulier dans les environs).

  • Camp de migration

La LPO Vendée est présente depuis 10 ans à la Pointe de l'Aiguillon-sur-Mer, afin de suivre la migration d'automne. Chaque année, environ 400.000 oiseaux passent par la pointe de l'Aiguillon pour rejoindre leurs quartiers d'hiver.


Les près inondés à proximité de la pointe de l'Aiguillon sont favorables aux stationnements des limicoles. © Ornithomedia.com

Période de comptage des oiseaux :
Le suivi de la migration est réalisé du 1er septembre au 30 novembre, 7 jours sur 7, de l'aube (1/2 heure avant le lever du soleil) au début de l'après-midi. Tous les matins, les observateurs sont en position sur la plage de la Pointe et attendent patiemment le ballet des migrateurs.

Quel que soit votre niveau en ornithologie, vous serez le (la) bienvenu(e) : toute aide est précieuse pour le comptage des migrateurs. L'accès est libre et gratuit pour tous.

Hébergement : la LPO Vendée dispose d'un logement dans le centre ville de l'Aiguillon-sur-Mer (rue Jacques Moreau), pour les personnes souhaitant participer au comptage plusieurs jours de suite. Sanitaires, salle à manger, lits (emporter son duvet).

Réservation et renseignements : LPO Vendée . Tel : 02.51.46.21.91.