Ce territoire était encore immergé à l'époque romaine quand sédimentssédiments argileux, cordons dunaires et galets le coupèrent définitivement de l'océan vers l'an mille. Depuis 2 500 ans en effet, le ventvent, la houlehoule et les courants déposent des sablessables et des galets, d'où la naissance des cordons dunaires. La mer sédimente des vases imperméables, appelées "Bri marin" où prend place le marais. C'est sur deux cordons s'enracinant sur l'ancienne île de Châtelaillon que s'inscrit le territoire de la Réserve. Ils circonscrivent une vaste lagune aux eaux saumâtressaumâtres.

Situation géographique

Situation géographique


L'homme ne tarda pas à exploiter le sable, faisant apparaître des fossés et dépressions; la nappe phréatiquenappe phréatique, laisse apparaître des plans d'eau douceeau douce complémentaires à la lagune saumâtre, parfois encore inondée par les tempêtestempêtes.

Vue de la lagune de la réserve du marais d'Yves (Charente-Maritime). Photo : R.N. des marais d'Yves

Vue de la lagune de la réserve du marais d'Yves (Charente-Maritime). Photo : R.N. des marais d'Yves

A la fin du dernier millénaire avant notre ère, d'immenses plages d'alluvions s'étendent depuis le retrait de la mer sur la rive droite de la Charente. La Gères, petite rivière qui prend sa source à Saint-Mard, se jette dans la Baie d'Yves. Mais au Moyen-Age, son embouchure est comblée par le sable et les galets, formant une vaste dépression marécageuse. Il faudra attendre le début du XIX ème siècle pour que le creusement du canal de Charras détourne les eaux de la Gères dans la Charente et permette le drainagedrainage du marais d'Yves situé en-dessous du niveau des fortes maréesmarées.