La richesse de sa flore (2650 espèces) est favorisée par la diversité de ses climats (océanique, continental et méditerranéen), de la composition chimique de ses sols (granitique, calcaire ou schisteux) et des altitudes de sa zone protégée, (de 378 à 1699m), très propices sous nos latitudes à l'expression de la vie sous toutes ses formes. 

<em>Adonis aestivalis.</em> © Stefan Lefnaer, <em>Wikimedia commons</em>, CC by-sa 4.0

Adonis aestivalis. © Stefan Lefnaer, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

Hêtre

Hêtre

L'éventail de la végétation est extrême : les pelouses subalpines du mont Lozère abritent quelques espècesespèces typiques du cercle polairecercle polaire, alors que les abris rocheux très chauds des vallées méditerranéennes cévenoles accueillent quelques espèces rencontrées en milieu subtropical sec.

Les associations végétales liées au chêne vertchêne vert (climat chaud et sec) offrent un contrastecontraste saisissant avec la hêtraie-sapinière naturelle des versants nord d'altitude (climat froid et humide).

Lys de Martagon

Lys de Martagon

Sur les 400 espèces protégées de la flore française, 35 existent sur le territoire du Parc national (lys martagon, adonis printanière, orchidées...). Il veille plus spécialement sur la conservation de 21 espèces "endémiques", c'est-à-dire uniques au monde, et d'une centaine de plantes rares ou menacées. Un grand nombre de ces dernières dépend du maintien des milieux ouverts (pelouses, landes, prairies, parcours) assurés par le pastoralisme.

Mont Lozère

Mont Lozère

L'étage asylvatique (1500/1700m), présent surtout sur le mont Lozère, est particulièrement intéressant (pelouse subalpine de nard, canche et fétuque). Il abrite des tourbièrestourbières à sphaignes, avec trèfle d'eau, populage des marais, linaigrette, cannebergecanneberge, et surtout la célèbre droséra (plante carnivorecarnivore)