Planète

Les Cévennes : réserve mondiale de biosphère

Dossier - Le parc des Cévennes
DossierClassé sous :géographie , parc national , Cévennes

-

Implanté en moyenne montagne, dans des zones favorables à la vie sous toutes ses formes, et donc exploitées par l'homme depuis plusieurs millénaires, le Parc national des Cévennes abrite de ce fait un patrimoine extrêmement diversifié.

  
DossiersLe parc des Cévennes
 

Un nouveau "modèle" de Parc national : A la fin du XIXème siècle, la prise de conscience de la nécessité de protéger les grands paysages des Causses et des Cévennes, est à l'origine de l'idée de la création d'un parc national, suggérée dès 1913 par E.A Martel et le "Club cévenol".

Vue sur Florac dans le parc national des Cévennes (Lozère, France). © Myrabella, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Vers 1955, l'idée renaît, suite à un exode rural important menaçant l'identité même du pays. Pour revaloriser une nature et des paysages profondément façonnés par l'homme, le Conseil général de la Lozère, l'administration de l'Etat, et quelques fortes personnalités locales unissent leurs efforts pour obtenir la création d'un parc national.

Causses Méjean - Lozère, France © André Lardon

La loi cadre de 1960 sur les parcs nationaux, et le décret de création de celui des Cévennes en 1970 inventent dès lors un nouveau concept de parc national, ou protéger la nature ne consiste pas à la "mettre sous cloche", mais à gérer sa richesse en impliquant tous les partenaires locaux (agriculteurs, forestiers, artisans, chasseurs, élus,...) tout en interdisant comme dans tous les autres parcs nationaux les altérations artificielles qui pourraient menacer le caractère.

Dans les Cévennes, cette gestion s'organise autour de trois axes majeurs:

Paysage des Cévennes

Un parc habité, en moyenne montagne:

Seul parc national français de moyenne montagne, il abrite de ce fait une population permanente significative. 41 000 personnes y vivent en zone périphérique et près de 600 en zone centrale de conservation, éleveurs essentiellement, entretenant ces hautes terres (plus de 1 000 m) en altitude moyenne), véritables balcons de la Méditerranée, du mont Lozère au mont Aigoual, du bord des grands causses aux vallées cévenoles.

Mont Aigoual

Cette particularité de parc national habité lui donne une mission que n'ont pas nécessairement les autres parcs nationaux : la recherche des conditions d'un éco-développemnt soucieux de la protection du patrimoine, se devant de respecter les grands équilibres et d'assurer la pérennité des activités agro-pastorales, nécessaire au maintien des milieux ouverts constamment menacés par l'envahissement naturel de la friche ou de la forêt. Cet équilibre dynamique contribue au développement de la bio-diversité at de la qualité des paysages.

Le caractère exceptionnel de ces sites humanisés, cet équilibre particulier et séculaire entre l'homme et la nature, ainsi que le souci d'associer protection et développement, ont valu en 1985 au Parc national des Cévennes la distinction par l'Unesco de "Réserve mondiale de biosphère", et en 1995 de finaliste du Grand prix européen "tourisme et développement".

Sa réputation internationale se traduit aussi par un intérêt tout particulier de l'Union mondiale pour la nature (UICN) pour ses actions, et par la conclusion de deux jumelages (Parc du Saguenay au Québec en 1984, et Parc de Montesny en Espagne en 1987).