Planète

Les tannes vifs, des espaces de sol nu formés aux dépens de la mangrove

Dossier - Les marais à mangrove et les tannes
DossierClassé sous :géographie , botanique , Environnement

-

Ce dossier décrit et explique les « tannes », ces espaces dénudés ou couverts de végétation rase de la partie interne des marais maritimes tropicaux. Ils se développent aux dépens de la mangrove et ont été affectés à de nombreux usages.

  
DossiersLes marais à mangrove et les tannes
 

On dénomme tannes vifs, les tannes dépourvus de toute végétation pour des raisons édaphiques évidentes : salinité des nappes plusieurs fois supérieure à celle de l'eau de mer ou dans certains cas pH très bas.

En Nouvelle-Calédonie, l'immense tanne rouge du delta de la Tontouta © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites

Il existe de très nombreuses variantes dans l'aspect de la surface des tannes vifs. Le cas le plus fréquent est celui de grandes étendues argileuses se découpant en polygones ou recouvertes d'efflorescences salines après une exondation prolongée. Ainsi, les tannes à moquette présentent en période sèche une surface poudreuse pulvérulente où l'on reconnaît de petits cristaux de halite ou de gypse ; après submersion tidale ou après des pluies, cette moquette se transforme en bourbier. Dans le premier cas une desquamation suit les périodes de sécheresse.

Transition d'un tanne à Arthrocnemum à un tanne vif à Androka (Extrême-sud de Madagascar). Le marais maritime, isolé de la mer par un cordon littoral filtrant, a un fonctionnement particulièrement complexe. © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites

Au Gabon, des dalles gréso-calcaires lapiazées affleurent à la surface de nombreux tannes de la baie de la Mondah et de l'estuaire du Gabon. Une fine pellicule de sable d'altération leur donne une couleur blanchâtre. Des gravillons et des blocs issus du démantèlement de cuirasses ferrallitiques donnent à d'autres tannes une couleur brun-rouge caractéristique. Ils apparaissent alors très sombres sur les photographies aériennes. Dans ce cas, la remobilisation du fer peut être à l'origine de véritables croûtes ferrugineuses.

Tanne vif à lapiez jouxtant une mangrove basse à Rhizophora (baie de la Mondah, Gabon) © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites

Sur les tannes vifs du Gabon et du Sénégal, l'abondance de tubes racinaires ferrugineux, témoigne d'un recul de la mangrove au même titre que la tourbe à radicelles de Rhizophora des horizons inférieurs du sol. Un dernier type de tanne vif correspond à des zones, assez restreintes, il est vrai, de vase nue de teinte sombre.

Chenal sur tanne vif en Nouvelle-Calédonie © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites

En Nouvelle-Calédonie certains tannes sont cuirassés.

Souvent la topographie fort contrastée du tanne où alternent rigoles, petits chenaux, cuvettes et légères éminences (placages limoneux ou dunes) rend difficile toute tentative de zonation.

Le tanne vif de la Batterie à Tuléar (Toliara) présente un ensemble de barkhanes et de micro-nebkhas. Il est submergé lors des marées de vive eau © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites
Tanne vif cuirassé en Nouvelle-Calédonie. Ce phénomène pourrait attester l'ancienneté du tanne. © JM Lebigre Reproduction et utilisation interdites