C'est elle, la montagne, qui donne à la Corse sa physionomie de caractère et de noblesse avec environ 1700 sommets allant de 300 à 2710 m d'altitude. Elle façonne, en les séparant par une dépression allant d'Ile Rousse aux environs de Ghisonaccia et traversant Ponte Leccia puis Corte, deux corses de superficie et nature différentes :

Les Aiguilles de Bavella, vues depuis le Col de Bavella (Corse du Sud). © Patrick Rouzet, <em>Wikimedia commons</em>, GFDL

Les Aiguilles de Bavella, vues depuis le Col de Bavella (Corse du Sud). © Patrick Rouzet, Wikimedia commons, GFDL

Au Nord Est

Une première chaîne de crêtes, au nord-est de cette dépression, culminant à 1767 M au Monte San Petrone, part de l'extrême nord de l'île, soit de Cap Corse et se prolonge jusqu'à la rivière Fiumorbo.

Plus à l'est, s'étend une deuxième chaîne légèrement arquée et moins élevée puisque son plus haut sommet le Monte Olmelli s'élève à 1285m.

Les principaux sommets de cette première corse de nature schisteuse , dite "l'En-Deça-Des-Monts" (par rapport à l' Italie) -ou cote orientale - sont du Nord vers l'Est: la Cime du e Folicce (1305m), le Monte Stello (1307m), le Monte Asto (1535m) et le Monte San Petrone déjà cité.

A l'Ouest

Le relief cristallin de cette deuxième Corse à l'ouest de cette dépression, appelée "l'Au-Delà-Des-Monts", se décline sur une étendue beaucoup plus vaste en une suite de massifs granitiques.

Certains massifs semblent plonger dans la mer; aux arêtes vives, ils cloisonnent des vallées contrastées d'ou émergentémergent les sommets les plus élevés de Corse.

Ne résistons au plaisir d'en nommer quelques uns du Nord- Ouest au Sud Sud-Est tant leurs noms sont aussi porteurs de rèves que leurs visions : le Monte Cinto - le toittoit de l'île - (2710m), la Paglia Orba, le Monte Rotondo, le Monte d'Oro, le Monte Renoso, la Punta di A cappella, le Monte Incudine, les Aiguilles de Bavella, la Punta di a Vacca Morta ou encore l'Omo di Cagna...