Planète

Les Templiers

Dossier - La Commanderie des Templiers d’Arville
DossierClassé sous :géographie , arville , commanderie

-

La Commanderie des Templiers d’Arville dans le Loir-et-Cher est un magnifique ensemble qui permet de se rendre compte de la vie des Templiers hors de la Palestine. Les membres de l’Ordre n’étaient pas tous des chevaliers militaires mais souvent des frères s’occupant des pèlerins…

  
DossiersLa Commanderie des Templiers d’Arville
 

La guerre sainte est déclenchée par le pape Urbain II en 1095. Hugues de Payns ne participe pas à la première croisade. En 1104 il accompagne son suzerain Hugues de Champagne en Terre Sainte où il demeura trois ans.

Saint Urbain II prêchant la croisade. © Domaine public

En 1114 il repart en Terre Sainte, et s'y installe définitivement et y rejoint les chevaliers qui œuvraient à la protection du tombeau du Christ. Ce groupe de nobles vivait alors sous la protection et l'autorité des chanoines du Saint-Sépulcre.

En 1120, lors du concile de Naplouse naquit, sous l'impulsion d'Hugues de Payns et Geoffroy de St-Omer, la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon.

En 1128, Bernard (de Clairvaux) participe au concile de Troyes, convoqué par Honorius II. Bernard est nommé secrétaire du concile, mais il est contesté par une partie du clergé. C'est lors de ce concile que Bernard rédige lui-même les statuts -et les fait reconnaître- de la milice du Temple, les Templiers.

Huit chevaliers connus ( ils étaient sans doute un peu plus nombreux) ont participé à la fondation de l'ordre :

  • Godefroy de St-Omer,
  • André de Montbard,
  • Payen de Montdidier,
  • Archambaud de St Agnan,
  • Godefroy Bisol,
  • Rolland,
  • Gondemare
  • Geoffroy.
Ordre des templiers

Les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin : pauperes commilitones Christi Templique Solomonici), avaient pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d'Occident depuis la reconquête de Jérusalem.

Dans un premier temps, Payns et St-Omer se concentrèrent sur le défilé d'Athlit, un endroit particulièrement dangereux sur la route empruntée par les pèlerins. Par la suite, l'une des plus grandes places fortes templières en Terre Sainte fut construite à cet endroit : le château Pèlerin.

Forteresse d'Athlit

Le château Pèlerin était une des plus grandes forteresses templières en Terre Sainte, bâtie sur un éperon rocheux qui se situait sur la côte à environ 25 km au nord de Césarée et 12 km au sud d'Acre et du mont Carmel dans le royaume franc de Jérusalem, et à l'est de la tour de Détroit, cette dernière étant déjà en possession des Templiers. Elle se trouve aujourd'hui en Israël.

Hugues de Payns dirigea l'ordre du Temple pendant près de vingt ans, jusqu'à sa mort en Palestine en 1136. Il était âgé de 66 ans.

L'Ordre du Temple était un ordre religieux et militaire international issu de la chevalerie du Moyen Âge. Il œuvra pendant les XIIe et XIIIe siècles à la protection des pèlerins pour Jérusalem. Il participa aux batailles qui eurent lieu lors des croisades et de la Reconquête. Afin de mener à bien ses missions et d'en assurer le financement, il constitua à travers toute l'Europe un réseau de commanderies. Cette activité soutenue en fit un interlocuteur financier incontournable pour les grands de l'époque , ils eurent même la garde de trésors royaux. Et ils inventèrent ce que l'on appelle maintenant la lettre de crédit !

Bucher des templiers - Boccace enluminure XVe

Après la perte définitive de la Terre sainte en 1291, l'ordre fut victime de Philippe le Bel et fut dissout par Clément V en 1312 à la suite d'un procès en hérésie qui n'est pas à l'honneur ni de l'Eglise ni de la royauté Française ! La fin tragique de l'ordre mena à nombre de spéculations et de légendes sur son compte, en particulier concernant un trésor que personne n'a jamais trouvé !
Les templiers restèrent actifs en Espagne, par exemple, qui avait encore des affaires à régler avec les infidèles...

Il existe une foule de livres qui relatent leur histoire en particulier un petit document paru chez Gallimard dans la collection "Découverte" qui, très bien illustré, constitue un excellent résumé de ce que fut cet ordre religieux et militaire.