Planète

L'année polaire internationale

Dossier - Vagabond, le voilier polaire prisonnier des glaces
DossierClassé sous :développement durable , géographie , API

-

Vagabond est un voilier d'expédition conçu pour naviguer dans les glaces. Camp de base itinérant, il se laisse régulièrement emprisonner par la glace à Inglefieldbukta, en baie du Storfjord au Spitzberg, la plus grande des îles de l'archipel du Svalbard.

  
DossiersVagabond, le voilier polaire prisonnier des glaces
 

- L'Année Polaire Internationale 2007 - 2008

125 ans après la première API (Année Polaire Internationale) et 50 ans après l'AGI (Année Géophysique Internationale), la communauté scientifique internationale a organisé la 4ème Année Polaire Internationale en 2007 et 2008. Celle-ci sera l'occasion d'organiser des campagnes de grande envergure, qui permettront de franchir de nouveaux paliers dans la recherche polaire. Ces opérations se dérouleront aussi bien dans l'hémisphère nord que dans l'hémisphère sud, et contribueront à mettre en évidence l'importance primordiale des régions polaires dans l'équilibre du reste de la planète. De nombreuses disciplines scientifiques seront concernées.

Mise en place d'un spectromètre sous la banquise © Eric Brossier – Vagabond

Pourquoi Internationale ? Les processus polaires mettent en jeu des mécanismes qui ne se limitent pas à des frontières nationales, mais influent sur le climat de l'ensemble de la planète. La collaboration entre nations contribue en outre à optimiser les ressources, et autorise de nouvelles perspectives en matière d'innovations technologiques.

L'année Polaire Internationale impliquera dans un effort commun des établissements de recherches tels que le CNRS, le CEA, le CNES, Météo-France, Ifremer..., ainsi que des universités concernées par les recherches en milieu polaire. Ces dernières assureront la diffusion des découvertes scientifiques auprès des musées, des CCSTI ou des associations, afin de permettre un dialogue entre scientifiques et public.

Extrait du communiqué de presse de l'IPEV : (mars 2006 - avec l'aimable autorisation de Monsieur Alain Lesquer - IPEV)

Les régions polaires font l'objet d'une intense activité scientifique. Ce sont des zones clés pour étudier des questions qui concernent l'ensemble de la planète : évolution du climat ou de la biodiversité, le trou d'ozone, la chimie de l'atmosphère, la dynamique des océans, la structure du globe... En mettant en commun, équipements scientifiques, moyens humains et logistiques, dans le cadre de programmes concertés et pluri disciplinaires, la communauté scientifique internationale veut faire progresser de manière importante les connaissances sur ces questions qui sont au cœur d'importants enjeux de société.

© Eric Brossier - Vagabond

Six grands thèmes fédérateurs ont été retenus au niveau international :

  • Prendre le pouls des régions polaires : évaluation de l'état actuel de l'environnement polaire en quantifiant sa variabilité spatiale et temporelle.
  • Comprendre les changements : quantifier et comprendre les changements environnementaux et humains, passés et actuels, afin d'améliorer nos prévisions pour le futur.
  • Etablir les liens globaux : faire progresser notre compréhension des liens entre régions polaires et le reste de la planète, à plusieurs échelles, et sur les processus contrôlant ces interactions.
  • Etudier l'inconnu : étudier l'inconnu aux frontières de la science dans les régions polaires.
  • Profiter de la position unique des régions polaire : s'appuyer sur la position géographique unique des régions polaires pour mettre en place ou développer des observatoires sur la terre profonde, le magnétisme terrestre, l'espace, le soleil et au-delà.
  • Sciences humaines : étudier les processus culturels, historiques et sociaux responsables de la résilience et du maintien des sociétés humaines arctiques et identifier la spécificité de leur contribution à une diversité culturelle globale.