Planète

Qu'est ce que la banquise ?

Dossier - Vagabond, le voilier polaire prisonnier des glaces
DossierClassé sous :développement durable , géographie , API

-

Vagabond est un voilier d'expédition conçu pour naviguer dans les glaces. Camp de base itinérant, il se laisse régulièrement emprisonner par la glace à Inglefieldbukta, en baie du Storfjord au Spitzberg, la plus grande des îles de l'archipel du Svalbard.

  
DossiersVagabond, le voilier polaire prisonnier des glaces
 

La banquise est un milieu mouvant, éphémère et dangereux sur lequel on ne peut s'aventurer sans risques. Lorsqu'elle est formée, elle ne présente pas cet aspect lisse que l'on pourrait imaginer. Elle est parsemée de bosses, de rides, de failles et de crevasses, sculptées par le vent ou créées par la pression ou les mouvements.

Crête de pression © Eric Brossier – Vagabond

Car elle est instable. Elle bouge en suivant grossièrement les aiguilles d'une montre dans l'hémisphère nord, subit des distorsions du fait de la pression, se disloque en crêtes de compression formées par le heurt de deux plaques de glace, qui peuvent atteindre dix mètres de haut. Ou au contraire, lors de la débâcle, elle se fragmente en plaques plus ou moins grandes, qui forment des « floes ».

Autre aspect de la banquise © Eric Brossier – Vagabond

C'est dans cet environnement hostile qui, en hiver, fige les eaux du cercle polaire arctique, que les scientifiques veulent trouver une réponse aux conséquences que pourrait induire le réchauffement climatique.

Vagabond dans la débâcle © Eric Brossier – Vagabond

C'est pourquoi dans le cadre de l'Année Polaire Internationale, est né Damocles (Developing Arctic Modelling and Observing Capabilities for Longterm Environmental Studies), le programme d'étude de la banquise arctique le plus important et le plus ambitieux proposé par onze pays de la Communauté Européenne, la Russie et les Etats Unis, auquel participe Vagabond. Après avoir acheminé le matériel scientifique et toute la logistique pour vivre en autarcie pendant plusieurs mois, le voilier polaire se laissera ensuite piéger volontairement dans les glaces de l'archipel du Svalbard, afin de servir de camp de base aux chercheurs. Dans d'autres secteurs, d'autres navires compléteront le dispositif.

L'étude de la banquise

Depuis 2004, et pour quatre hivernages consécutifs, Vagabond se trouve sur la côte Est du Spitzberg pour étudier la banquise. L'hivernage 2004-2005 consistait à étudier les brines.

Expédition en motos-neige pour mesurer les saumures © Eric Brossier – Vagabond
« Il s'agissait de procéder à une étude d´impact des saumures (brines), qui résultent de la formation des glaces de mer, sur le régime hydrodynamique d´un grand fjord arctique, le Storfjord au Svalbard, et l´importance de ce phénomène sur la ventilation profonde des masses d´eau du Storfjord en particulier, et de l´Océan Glacial Arctique en général. Les processus de base de ce mécanisme fondamental sont connus, mais les effets éminemment variables des saumures dans l´Océan Arctique nous interpellent. Pourquoi le Storfjord est il aussi sensible à cet impact et pourquoi cet impact est il aussi variable d´une année à l´autre ? Il s'agit de tenter de répondre à ces questions essentielles pour mieux comprendre l´Océan Arctique. Ce programme offre un cadre très utile à la préparation et au développement d´une contribution française à l´année polaire internationale (2007-2008) avec le Projet Intégré européen DAMOCLES. »
Le Storfjord pris dans la glace © Eric Brossier – Vagabond

Il s'agit de concentrer notre effort sur le Storfjord pour bien comprendre le rôle respectif de l´Océan et de l´Atmosphère dans la formation des saumures en effectuant des observations de type météorologiques, glaciologiques et océanographiques. Le bilan de la première année (Septembre 2004-Juin 2005) du programme Brines fût très positif. Environ 180 stations CTD (Conductivité électrique, Température et Profondeur), dont plus de 100 sur des profondeurs supérieures à 100m, ainsi que des relevés météorologiques et glaciologiques (épaisseur des glaces de mer), ont pu être réalisées par l'équipage de Vagabond tout au long de ces 8 mois d'hivernage. Les cinq stations CTD effectuées au centre du bassin (hélico), dans sa partie la plus profonde (près de 200 m), montrent que les profils relevés à proximité de Inglefieldbukta, lieu d'hivernage de Vagabond, sont très représentatif du Storfjord en général.

Vue de l'Inglefieldbukta, lieu d'hivernage de Vagabond © Eric Brossier – Vagabond

Ensuite, l'IPEV a renouvelé son financement (2005-2006), puis c'est aujourd'hui DAMOCLES qui affrète Vagabond pour maintenir son rôle de camp de base, toujours exactement au même endroit, et qui sollicite son équipage pour assurer mesures et logistique. Il se trouve que Jean-Claude Gascard, responsable du programme « Brines » (auteur des citations ci-dessus), est devenu le coordinateur de DAMOCLES. Il travaille pour le laboratoire LOCEAN (Laboratoire d'Océanographie et de Climatologie, Etudes et Approches Numériques) à Jussieu.