Planète

La banquise

Dossier - Total Pole Airship : le défi de Jean-Louis Etienne en dirigeable
DossierClassé sous :développement durable , Jean-Louis Etienne , Total Pole Airship

-

Ma prochaine expédition en 2008, sera la traversée de l'océan Glacial Arctique en dirigeable pour mesurer l'épaisseur de la banquise et attirer l'attention du monde sur les menaces qui pèsent sur cet univers fascinant, qui nourrit encore les plus beaux rêves d'enfance.

  
DossiersTotal Pole Airship : le défi de Jean-Louis Etienne en dirigeable
 

1 - Aux avant-postes du changement climatique.

Les faits parlent d'eux-mêmes. Quand la température moyenne à la surface de la terre s'est élevée d'environ 0,6°C en un siècle, elle s'est accrue de 4°C au cours de ces 60 dernières années en Alaska et au nord du Canada. Il a fait 24°C sur la côte sud-est du Groenland en 2005, un record de température jamais enregistré ; la glace de mer a déserté tous les fjords, du jamais vu.

  • North atlantic oscillation (NAO)

Les variations du gradient de pression atmosphérique entre la dépression d'Islande et l'anticyclone des Açores (Oscillation Nord Atlantique) provoquent certaines années des vents violents qui chassent d'importantes masses de banquise vers l'Atlantique Nord. Ces périodes sont partiellement la cause de perte importante de banquise, mais le réchauffement climatique est de toute évidence responsable de la régression massive et rapide de la banquise.

  • Pénétration de courants chauds océaniques
Les océanographes ont mis en évidence des courants d'eau anormalement chauds et salés venant de l'Atlantique, qui se déplacent sous les eaux polaires tout autour du Bassin Arctique.
  • Changement d'état de la surface.

L'Arctique est touché plus que toutes les autres régions du monde à cause de la disparition annuelle de plus en plus précoce du pouvoir réfléchissant de la neige au sol et de la glace sur l'océan.

Le pôle Nord reste froid même en été, où l'ensoleillement est permanent pendant 4 mois, car sa surface blanche réfléchit le rayonnement solaire (Albédo). Depuis quelques décennies, la réduction de la surface de la banquise libère des zones d'eau libre qui captent le rayonnement solaire et accélèrent la fonte de la banquise par proximité.

Les experts sont unanimes : si aucune mesure d'envergure n'est prise contre le réchauffement climatique, la banquise disparaîtra de l'océan Arctique en été d'ici 2060. Elle se reformera en hiver car la nuit est glaciale, mais cette disparition du pôle froid en été entraînera des changements climatiques considérables dans l'hémisphère Nord.

2 - Grand témoin du réchauffement planétaire

La réduction de la surface de la banquise est visible depuis l'espace et particulièrement bien suivie. Par contre la mesure de l'épaisseur est bien plus complexe du fait même de son profil chaotique, et des importantes variations entre la jeune glace et la glace pluriannuelle.

© ESA Tous droits réservés.

Les satellites ERS et Envisat donnent des résultats sur la surface, les déformations, les variations d'épaisseur et la dérive de la banquise. L'Agence Spatiale Européenne lancera Cryosat 2 en mars 2009. Ce satellite dédié à la cryosphère mesurera l'épaisseur de la banquise.

Mais aucune mesure ne peut être retenue sans une validation au sol. C'est l'objectif de l'expédition Total Pole Airship d'établir une valeur de référence de part et d'autre de l'océan Arctique.