Planète

La biodiversité et la création variétale

Dossier - Semences et création de nouvelles variétés
DossierClassé sous :développement durable , botanique , Biodiversité

Karine Clavel & Christian Saber du GNIS

-

Un enjeu majeur pour l'avenir : comment nourrir les six milliards de personnes qui peuplent la planète sans gaspiller les ressources disponibles ? Dans ce débat économique, sociétal, et environnemental, la filière des semences a un rôle essentiel à jouer.

  
DossiersSemences et création de nouvelles variétés
 

La création variétale est née du besoin des hommes d'assurer une nourriture régulière, abondante et diversifiée. Elle est le fruit de  l'observation, de la patience et du travail de générations de sélectionneurs. L'aventure a commencé au néolithique et l'évolution des techniques et des connaissances a permis, au XXe siècle, de réaliser des progrès qualitatifs et quantitatifs exceptionnels.

Création variétale de céréales. © Tangyi178, Pixabay, DP

1 - Comment crée-t-on de nouvelles variétés ?

Dès le début de l'agriculture, l'homme domestique les plantes sauvages et les adapte à ses besoins.

La sélection consiste alors à repérer les plantes faciles à cultiver, qui sont récoltées pour être semées. Puis il s'agit de favoriser les individus les mieux adaptés, les plus résistants, les plus productifs et nutritifs. L'amélioration des plantes se développe ainsi, de manière empirique, pendant des siècles. La découverte de la sexualité des végétaux, vers 1700, puis de la génétique, à la fin du XIXe siècle, posent les bases scientifiques de la sélection végétale.

L'homme a tiré profit de plantes sauvages pour créer une diversité alimentaire. Exemple de diversité variétale en carotte © GNIS

2 - Le métier de sélectionneur

Aujourd'hui, l'amélioration végétale est au cœur des métiers de la filière semences. Elle consiste à créer de nouvelles variétés à partir des variétés existantes (les ressources génétiques) en les croisant entre elles : on féconde des ovules d'une plante "mère" avec le pollen d'une plante "père", plantes choisies pour leurs qualités respectives. Ensuite les meilleures plantes issues de ces croisements - les descendants - sont sélectionnées jusqu'à obtenir une plante avec les qualités voulues.

La création d'une nouvelle variété est très longue : elle nécessite jusqu'à 15 ans de travail, découvrez quelques interviews.

Le métier de sélectionneur est d'observer les plantes les mieux adaptées aux besoins. Exemple d'essais de différentes variétés en lin textile © GNIS

La semence, ou graine, a pour fonction de transmettre, propager, multiplier et conserver un patrimoine génétique.

3 - L’apport des nouvelles technologies

Les progrès scientifiques permettent de gagner un temps précieux. Les techniques de biologie cellulaire et moléculaire apportent des informations sur le patrimoine génétique des plantes, qui, combinées aux logiciels informatiques, aident à prévoir le potentiel du croisement de tel parent avec tel autre.

Par la transgénèse, il est désormais possible d'introduire dans le génome d'un organisme vivant un gène provenant d'un autre organisme. Au lieu de croiser des plantes entre elles pendant des années pour intégrer un gène intéressant d'une plante dans une autre plante, on peut le faire rapidement. Ce gène peut avoir pour caractéristique une résistance à une maladie, une tolérance à un herbicide, aux stress hydriques, au froid...