Planète

Alex une belle amitié

Dossier - Le dernier trappeur
DossierClassé sous :développement durable , trappeur , Yukon

-

Norman Winther est l'un des derniers trappeurs à entretenir avec les majestueuses Montagnes Rocheuses une relation d'échange fondée sur une profonde connaissance du milieu et un grand respect des équilibres naturels.

  
DossiersLe dernier trappeur
 

Alex, le meilleur ami de Norman, est aussi un de ces coureurs des bois restés fidèles à un mode de vie ancestral. Malgré la dureté des éléments qu'il a endurés près de quatre-vingts ans, une sage douceur émane de son visage dont chaque ride semble refléter une parcelle d'histoire.

© Eric Travers / Gamma

Autrefois, les trappeurs comme lui piégeaient des castors, mais leur fourrure n'est plus aussi prisée et ils délaissent aujourd'hui cette trappe fastidieuse et d'un mauvais rapport. Certaines régions sont menacées par la prolifération des castors, et des programmes gouvernementaux encouragent leur destruction au moyen de primes, alors qu'en d'autres endroits on essaie d'accroître les populations de lynx qui leur font la chasse. Aujourd'hui, les trappeurs au Canada prélèvent majoritairement des martres, accessoirement quelques lynx, loups et wolvérines.

Femmes de trappeur

© Eric Travers / Gamma

La philosophie de l'adaptation de l'homme à la nature est ce qu'il y a de plus beau dans la façon qu'avaient de vivre ces hommes (Indiens, Inuits, trappeurs). Une vie certes en parfait équilibre avec la nature, mais au quotidien souvent difficile. Depuis toujours d'ailleurs, les trappeurs ont eu une forte tendance à prendre pour compagnes des femmes Amérindiennes ou Inuites, tant il est vrai que peu de femmes blanches arrivent à supporter cette vie isolée en forêt requérant une expérience que souvent ces femmes possèdent. Norman n'y fait pas exception, lui qui a été marié deux fois à des Indiennes Cree et une fois à une Inuite d'Inuvik.

© Eric Travers / Gamma

Néanmoins, les femmes accompagnent rarement les hommes sur leur ligne de trappe, à l'exception des Inuites qui autrefois voyageaient avec leur époux où qu'il aille, car elles participaient de façon active à tout ce qu'il faisait. Elles gardaient l'igloo, qu'elles aidaient à fabriquer, soignaient les chiens, préparaient les peaux et les repas, paquetaient et réparaient tout ce qui en avait besoin, reprisant, cousant, tannant et assouplissant les cuirs. Aujourd'hui, très rares sont les femmes qui accompagnent les quelques trappeurs qui demeurent sur leur ligne de trappe.

Généralement, elles vivent dans le village le plus proche, où la famille réside - quand ils en possèdent une. Le trappeur s'en va seul aussitôt que la neige et le froid rendent les déplacements possibles. Beaucoup s'accordent une pause au moment des fêtes de fin d'année et rentrent au village. Ils en profitent pour rapporter les peaux qu'ils ont collectées durant cette première partie de l'hiver, souvent la meilleure, et rachètent des provisions et tout ce qui leur manque pour tenir jusqu'au printemps. La femme s'occupe de préparer les peaux et souvent de les vendre. C'est elle qui tient les cordons de la bourse, et l'homme doit souvent négocier avec elle ce qu'il peut acheter ou non.